107 député"e"s !
Grande première : 107 député"e"s siègeront dans la nouvelle Assemblée nationale, contre 76 dans la sortante. Calculette ! Cela représente 18,5 % des députés, et la France remonte donc au 13e rang européen pour la parité (elle était au 21e rang en 2002). Bon, on repassera la prochaine fois pour applaudir, mais soyons bonnes joueuses. On augmente quand même le groupe des "députées" de 31 femmes. Pour rappel, la moyenne internationale de la représentation des femmes toutes chambres confondues s'élevait cette année à ... 16, 9 % . Soit l'équivalent de nos 17 % aujourd'hui à l'Assemblée Nationale. Ni pire, ni mieux.

Bof bof, la parité
Depuis la Loi sur la parité de 2000, les partis sont tenus de présenter autant de candidates que de candidats aux élections législatives. Obligation qu'aucun des grands partis ne respecte, quitte à payer des pénalités...

Concernant les Législatives 2007, on comptait 41,6 % de candidates. A peine mieux qu'en 2002 : 38,9 %. Sur les 3177 candidates, 2 860 ont été battues dès le premier tour. D'aucuns ironiseront qu'on leur a souvent donné les circonscriptions les plus difficiles, face à des vieux lions (ou éléphants) aggripés à leur siège !

Malgré cela, certaines femmes se sont vaillamment défendues, à l'instar de Michèle Delaunay à Bordeaux contre Alain Juppé, Sandrine Mazetier à Pais, contre Arno Klarsfeld ou Monique Iborra contre le maire sortant de Toulouse, Jean-Luc Moudenc. Ou encore en Guyane, département exclusivement représenté par des femmes, la PRG Christiane Taubira et la PS Chantal Berthelot. Au final, nos 107 député"e"s sont réparties en 61 élues pour la gauche et 46 pour la droite.

Un gouvernement féminin

Gouvernement : moins mais mieux Côté gouvernement, force est de reconnaître que la stricte égalité annoncée et (quasi) réalisée pour le gouvernement "Fillon 1" (7 femmes sur 15 ministres) ne se retrouve pas dans la composition du "Fillon 2" : 11 femmes sur un total de 32 ministres.

Mais bon, il parait que l'on peut (doit) se consoler avec les hautes qualité et diversité de ces profils féminins et les responsabilités qui leur sont confiées. En l'occurence, Christine Lagarde, première femme de l'histoire de la République appelée à diriger le ministère de l'Economie, des Finances et de l'Emploi...

Les 6 ministresses du Fillon 1 sont donc rejointes par un quatuor de secrétaires d'Etat, (les "Esperate Housewives") : Nathalie Kosciusko-Morizet, une "bébé Chirac", chargée de l'Ecologie, Valérie Létard chargée de la solidarité, la télégénique Rama Yade, chargée des droits de l'Homme et la surprise sur le gâteau, Fadela Amara, chargée de la politique de la ville auprès de Christine Boutin. Le duo "Ni putes ni soumises", le "Ni Pacs Ni Ivg" qui risque d'être étincelant...

Publicité
Publicité
Pas de secrétariat d'Etat "aux femmes" Ah tiens, dis donc, nous n'avons pas de secrétariat d'Etat dédié à la cause des femmes, à l'instar de feu le ministère délégué à la Cohésion sociale et à la Parité de Catherine Vautrin. C'est Xavier Bertrand, ministre du travail, des relations sociales et de la solidarité qui est "compétent en matière de droits des femmes, de parité et d'égalité professionnelle". Question : qui va s'occuper des violences faites au femmes ? Réflexion : et quid de la Loi promise par Ségolène déchue... A bon entendeur salut, et femme qui vivra, verra...

Plus d'infos

FemmesPlus relooke les ministressesTous les sujets sur le thème "Parité"Tous les sujets sur le thème "Politique"