La pilule fait aujourd'hui partie du quotidien de 100 millions de femmes à travers le monde. Tant et si bien qu'on a tendance à oublier que son histoire est toute récente...

En effet, tout a commencé en 1950. Nous sommes à Boston. Margaret Sanger rencontre Gregory Pincus. Margaret Sanger est une militante féministe de la première heure. Elle a ouvert un centre de Planning Familial dès 1916 (qui sera fermé quelques mois plus tard par le gouvernement américain) et a fondé à la fin des années 40, la Ligue Américaine de Contrôle des Naissances. Gregory Pincus quant à lui est biologiste. Il travaille sur la recherche d'une méthode contraceptive hormonale fondée sur la physiologie ovarienne pendant la grossesse.
Margaret veut "donner aux femmes la maîtrise de leurs vies et de leurs corps". Elle savait qu'un contraceptif oral était concevable et n'avait de cesse d'attirer l'intérêt des médecins à son développement. Gregory Pincus a répondu à cet appel. L'histoire était lancée...
Restait à trouver des financements. Katherine McCormick, riche héritière de la fortune de l'inventeur de la moissonneuse-batteuse éponyme sera donc le sponsor officiel de la création de la pilule.

Le programme de recherche est lancé au plan international, et un an plus tard, le chimiste mexicain Carl Djerassi parvient à créer la norethindrone, le premier progestatif synthétique, composant essentiel de la pilule.

Des débats passionnés

Publicité

Les premiers essais cliniques ont eu lieu en 1956 sur des volontaires recrutées au Massachusetts, à Porto Rico et en Haïti. Celui sera finalement la formule Enovid de Searle qui sera approuvée en 1960 par la Food and Drug Administration, et mise en vente sous prescription aux Etats-Unis.

Publicité
L'année suivante, la pilule est homologuée en Europe. Elle ne sera autorisée en France qu'en 1967. L'Assemblée vote enfin le projet de loi du député qui l'a proposée, Lucien, après des débats plus que passionnés. La loi "Neuwirth" abroge donc celle du 31 juillet 1920 qui interdisait toute contraception. Celle-ci est désormais autorisée, mais toujours pas remboursée par la Sécurité sociale et toujours interdite aux mineures.Il faudra attendre 1974 pour qu'elle puisse être délivrée aux jeunes filles sans autorisation de leurs parents, anonymement et gratuitement dans les centres du Planning Familial. En 1975, la loi Weil autorise l'avortement... En 2006, les chiffres restent accablants, 60 % des françaises utilisent la pilule comme contraceptif, mais la France enregistre plus de 200 000 avortements par an...
Publicité