C'est Rani qui appelle Anamika "Babyji". Un terme usuel pour désigner avec tendresse et respect un membre de caste supérieure. Babyji est cette jeune femme indienne résolument dédiée à ses sens en ébullition, à son avenir en construction. Une jeune femme libre et moderne. Symbole de l'Inde contemporaine. Un délice !

Babyji, l'amour et la vie

Delhi, les années 1990. Anamika a 16 ans. Elle passe son bac, ou son équivalent, très bientôt. Elle sait qu'elle est promise à un bel avenir : elle est une brillante élève, elle est d'ailleurs "Premier préfet" de son école, une espèce de super pion, elle appartient à la caste privilégiée, les Brahmin. Ses parents représentent la société émancipée de la grande cité indienne. L'Inde justement... Anamika connaît en ce moment les même soubresauts : tiraillée entre passé et avenir, certitudes et incertitudes, connu et inconnu. Les étudiants s'immolent, Anamika brise son cocon.

Anamika est un garçon manqué. Ses premiers élans amoureux se porteront d'emblée vers des femmes. Toutes sont des symboles de sa nation, de castes et d'âgés si différents... D'abord Rani. Habitante d'un jhuggi voisin. Belle et soumise bonne du foyer avec qui Anamika entame une relation très "domestique" sous le toit même de ses parents. Ensuite Sheela. Belle et sensuelle élève de sa classe qu'Anamika saura convaincre de sa passion à coup de séduction et de violence parfois. Enfin, Linde. C'est le surnom qu'elle donne à cette jeune divorcée très émancipée. Linde est l'Inde : sensuelle, énergique, fragile et volontaire, soumise et libre...

"Mes multiples relations amoureuses du moment représentaient-elles quelque chose que j'avais construit pour moi-même, ou étaient-elles dans le style indien : inéluctables ou déjà écrites. Une divorcée, une bonne, une mineure..."

Mais il y a aussi des hommes dans l'univers d'Animika. Son père d'abord. Symbole d'autorité et des valeurs ancestrales indienne. Il y a Vidur, son meilleur ami. Il y a Adit. Père du précédent, militaire et cynique, qui tombe amoureux de celle qu'il dénomme Lolita. Enfin, il y a Chakra dev, un Cheapad. Violent, agressif, ennemi aussi. Enfin, il y a Deepak. Formé aux Etats-Unis, il est revenu travailler en Inde. Sa rencontre sera décisive pour l'avenir d'Anamika...

Publicité
Publicité
C'est Rani qui appelle Anamika "Babyji". Un terme usuel pour désigner avec tendresse et respect un membre de caste supérieure. Babyji est cette jeune femme indienne résolument dédiée à ses sens en ébullition, à son avenir en construction. Une jeune femme libre et moderne. Symbole de l'Inde contemporaine !"Babyji". Est signé Abha Dawesar, née en 1974 à Delhi, diplômée de Harvard. Elle vit entre Dehli et Paris et se consacre désormais à l'écriture après une carrière dans la finance.

Babyji de Abha Dawesar, éditions Héloïse d'Ormesson, 2007

Plus d'infos sur Abha Dawesar

Son "MySpace" Son blog en français

sur FemmesPlus Toute l'inde sur FemmesPlus ici ! Tous les livres sur FemmesPlus ici !

Publicité