Une ère de délice s'est abattue sur les Janeites ces dernières semaines. Une fois n'est pas coutume, un film et un livre célèbrent leur amie, que dis-je leur égérie. "J'ai été un peu déçue par Darcy", dit l'une. "Ah bon, répond l'autre, pourtant, il est pas mal dans la scène où il se retrouvent. La chemise entr'ouverte. Plutôt sexy même. Et Lizzie, elle est parfaite !" Enigmatique n'est-il pas...
Echange de confidences autour de la dernière adaptation cinématographique par John Wright "d'Orgueil et préjugés"; le deuxième roman publié par l'écrivain anglais Jane Austen en 1813. Mais ce n'est pas tout. Les fans de Jane sont comblées. Les éditions Quai Voltaire ont sorti cet hiver un roman intitulé "Le club Jane Austen" signé Karen Joy Fowler. Il s'agit en fait d'un chassé croisé entre hier et aujourd'hui, les femmes et les hommes, la vie et l'amour, Jane Austen et ses fans, la littérature et les sentiments... Blablabla.

Le tout se déroule sur fond d'été totalement caniculaire au cœur de la Californie. Six personnages, cinq femmes et un homme (oui, mais il arrivé là par hasard, car Jane n'est en principe qu'une affaire de femmes...). Prudie, Jocelyn, Grigg sont amis, Sylvia et Allegra sont mère et fille. Ils se retrouveront chez l'un, chez l'autre, autour d'un verre et d'un roman de Jane, une fois par semaine pendant six semaines. Une par roman... Et entre-temps, nous entreverrons des bribes de leur vie, de leurs errements, et de leurs sentiments. La plume s'inspire de celle de Jane. L'ambiance est celle d'un club, un vrai de vrai, club de "Janeites".

Les Janeites

Ah, les sentiments. Nous y voilà. Le nœud de l'affaire, l'axe essentiel de l'œuvre de cette so british romancière qui a su, avec cynisme et dérision, décrire et dépeindre, par petites touches parsemées d'humour, d'ironie et de tendresse, la bourgeoisie aristocratique (sic) de l'Angleterre du 19ème siècle. Ces jeunes filles, vierges, innocentes (Jane Bennett), déterminées (Lizzie Benett) ou bien résignées (Charlotte), ces jeunes hommes dépravés (Wickham), hautains et fiers (Darcy...) ou bien... résignés (Bingley) et ces familles ! Ces mères assourdissantes et parvenues (Mrs Bennett) et leurs maris bien trop maris (Mr Bennett). Famille et société, bals et parlours, autant de carcans figés que Miss Austen s'amuse à pulvériser à coup d'amour et de sentiments. Karen Joy Folder aussi. Et nous, on aimerai tant !

Essentiels clics...

Le site d'Orgueil et préjugés, le film de John Wright

Publicité

"Le club Jane Austen", Karen Joy Fowler, Editions Quai Voltaire, 21 eurosLe site du livre

Spécial Janeites... Un des plus important club de Janeites US

et en Angleterre... :Le site officiel du centre Jane Austen

Publicité