De vives réactions
Les théories abracadabrantesques de Proudhon développées dans De la justice dans la Révolution et dans l'Eglise ne pouvaient susciter que réponses acerbes et polémiques. Quelques femmes s'y sont collées.
Dès 1849, profitant du nouveau souffle engendré par l'instauration de la IIe République, l'ex-saint-simonienne, Jeanne Deroin présente sa candidature comme député car ''"une assemblée législative composée d'hommes est aussi incompétente pour faire les lois qui régissent une société composée d'hommes et de femmes que le serait une assemblée de privilégiés pour discuter des intérêts des travailleurs"''. Elle espère le soutien des démocrates socialistes.
Mais la réponse de Proudhon dans son journal Le Peuple est sans ambiguïté : ''"Nous ne pouvons laisser passer sans protester énergiquement au nom de la morale publique et de la justice elle-même de semblables prétentions et de pareils principes. Il importe que le socialisme n'en accepte pas la solidarité"''. Question suivante...

Une belle jeune femme...
D'autres encore tentent de soulever les montagnes de la misogynie. La franc-maçonne Maria Desraisme, André Léo (La femme et les mœurs), Jenny d'Héricourt (La femme affranchie), Daniel Stern de son vrai nom Marie d'Agoult (Lettres républicaines) et bien sûr Georges Sand. Mais une jeune et belle femme, Juliette Lamber va provoquer un vif émoi pour les uns et une réelle admiration pour les autres en sortant son premier livre, Les idées anti-proudhoniennes. La presse s'en fait largement l'écho. Le succès est garanti.
Née en 1836 en Picardie, Juliette Lamber est mariée à 15 ans à un avocat positiviste. Rapidement veuve, elle découvre les idées féministes "grâce" à Proudhon.

Le salon de Marie
Révoltée par les attaques que subissent Georges Sand et Daniel Stern, elle passe à l'action en sortant, en 1858, ses Idées proudhoniennes. Elle fait ainsi son entrée, par la grande porte, dans le monde littéraire républicain, opposé à l'Empire de Napoléon III. Juliette fréquente d'abord le salon de Marie d'Agoult, avant d'ouvrir son propre salon, boulevard Poissonnière où l'on retrouve le politique Hippolyte Carnot, le futur président de la République Adolphe Thiers, le savant Emmanuel Arago, le poète Sully Prudhomme, l'écrivain Guy de Maupassant, son futur mari Edmond Adam, et surtout Léon Gambetta qui en fera son égérie.

Une éminence grise...

Une femme d'influence Indépendante et cultivée, Juliette Adam devient alors une femme d'influence, sorte d'éminence grise, incontournable dans ce monde politique républicain et masculin. Ses dîners, disait-on, importent plus que les repas officiels de l'Elysée. Dans un article du Gil Blas, son ami Maupassant dresse ce constat : ''"On pourrait même, je crois, prouver, l'histoire en main, que fort peu de politiciens ont échappé aux influences féminines. Dans notre patrie principalement, pays de la loi salique, elles ont exercé plus que partout ailleurs leur pouvoir dirigeant sur les maîtres de l'Etat"''. On ne peut s'empêcher de rapprocher le personnage de Madeleine Forestier, dans Bel-ami à Juliette Adam.

Publicité
La Nouvelle revue Lorsque l'Empire tombe en 1871, c'est parmi les familiers de son cercle que le nouveau gouvernement sera recruté.En 1879, après la mort de son mari, Juliette lance un périodique La Nouvelle revue. Un de ses proches, Gustave Flaubert la soutient en lui donnant son ultime ouvrage Bouvard et Pécuchet. De son côté, elle encourage les débuts littéraires de petits jeunes, Pierre Loti, Alexandre Dumas fils ou Léon Daudet.Résolument antigermanique et prorusse, anticléricale et antiparlementarisme, La Nouvelle revue se perdra dans un nationaliste et un antisémitisme bien loin du combat initial de sa directrice pour l'émancipation de la femme.Elle mourra en 1936... dans sa 100e année.
Publicité

Plus d'infos

Lire "Hommes, le voudrez-vous ?" Extraits de Idées anti-proudhoniennes sur l'amour, la femme, le mariage - 1858, Juliette Adam

Et aussi...

Lire le portrait de Proudhon, king of the machosLire le portrait Claire Démar, Saint-SimonienneLire le portrait d'Olympe de Gouges, pour les femmesParlons-en dans les forums FemmesPlus ici !

Publicité