Texte de Pierre Joseph Proudhon, ''De la justice dans la Révolution et dans l'Eglise'', 1858 : La femme est un joli animal...

La femme est un diminutif d'homme
L'être humain, complet, adéquat, à sa destinée, je parle du physique, c'est le mâle qui, par sa virilité, atteint le plus haut degré de tension musculaire et nerveuse que comportent sa nature et sa fin, et par là, le maximum d'action dans le travail et le combat.
La femme est un diminutif d'homme à qui il manque un organe pour devenir autre chose qu'un éphèbe.
Partout éclate la passivité de la femme sacrifiée, pour ainsi dire, à la fonction maternelle : délicatesse de corps, tendresse de chairs, ampleur des mamelles, des hanches, du bassin, jusqu'à la conformation du cerveau.
En elle-même, la femme n'a pas de raison d'être ; c'est un instrument de reproduction qu'il a plu à la nature de choisir de préférence à tout autre moyen, mais qui serait une erreur, si la femme ne devait retrouver d'une autre manière sa personnalité et sa fin.
Or, quelle que soit cette fin, à quelque dignité que doive s'élever un jour la personne, la femme n'en reste pas moins, de ce premier chef de constitution physique et jusqu'à plus ample informé, inférieure à l'homme, une sorte de moyen terme entre lui et le reste du règne animal.

La preuve par les nombres
La femme inférieure à l'homme en force physique, lui est inférieure au point de vue de la production.
Le rapport numérique 3 : 2 indique à ce point de vue le rapport de valeur entre les sexes ; conséquemment la répartition des avantages, à moins qu'une influence d'une autre nature en modifie les termes, doit être toujours dans cette proportion, 3 : 2.
Voilà ce que dit la justice qui n'est autre que la connaissance des rapports, et qui nous commande à tous, hommes et femmes, de faire à autrui comme nous voudrions qu'il nous fît lui-même, si nous étions à sa place.
Qu'on ne vienne palus nous parler encore longtemps du droit du plus fort, ce n'est là qu'une misérable équivoque, à l'usage des émancipées et de leurs collaborateurs.
La femme est tellement empêchée par les charges mêmes de la sexualité, qu'il ne lui reste presque aucun temps pour le travail productif : sans parler de ses ordinaires qui prennent 8 jours par mois, 96 jours par an, il faut compter pour la grossesse 9 mois, les relevailles 40 jours, l'allaitement 12 à 15 mois ; en tout, 7 ans pour un seul accouchement ; supposant 4 naissances à 2 années d'intervalle, c'est 12 ans qu'emporte à la femme la maternité.
La femme par sa faiblesse organique et la position intéressante où elle ne manquera pas de tomber, pour peu que l'homme s'y prête, est fatalement et juridiquement exclue de toute direction politique, administrative, doctrinale, industrielle.

La faiblesse de son cerveau L'infériorité intellectuelle de la femme vient de la faiblesse de son cerveau, comme son infériorité physique vient de la faiblesse de ses muscles.La force physique n'est pas moins nécessaire au travail de la pensée qu'à celui des muscles ; de sorte que, sauf le cas de maladie, la pensée, en tout être vivant, est proportionnelle à la force.Si la faiblesse organique de la femme, à laquelle se proportionne naturellement le travail du cerveau, n'avait d'autre résultat que d'abréger dans sa durée l'action de l'entendement, la qualité du produit intellectuel n'étant pas altérée, la femme pourrait parfaitement, sous ce rapport, se comparer à l'homme, elle ne rendrait pas autant, elle ferait aussi bien. La différence purement quantitative, n'entraînant qu'une différence de salaire, ne suffirait peut-être pas pour motiver une différence dans la condition sociale.

Une inconcevable égalité

Elle a l'esprit faux Or, c'est précisément ce qui n'a pas lieu. L'infirmité intellectuelle de la femme porte sur la qualité du produit, autant que sur l'intensité et la durée de l'action ; et comme, dans cette faible nature, la défectuosité de l'idée résulte du peu d'énergie de la pensée, on peut dire que la femme a l'esprit faux, d'une fausseté irrémédiable.La femme, ne possédant pas de germe, la résorption des spermatozoïdes ne peut se faire dans le cerveau. Dès lors, le cerveau n'est pas fécondé chez la femme. C'est ce qui fait que les universaux lui échappent. Elle ne sait pas abstraire. Capable jusqu'à un certain point d'appréhender une vérité trouvée, elle n'est douée d'aucune initiative. Elle ne s'avise pas des choses, son intelligence ne se fait pas signe à elle-même, et sans l'homme qui lui sert de révélateur, de verbe, elle ne sortirait pas de l'état bestial.

Publicité
Elle est un être immoral Concluons maintenant. Puisque, d'après tout ce qui précède, l'intelligence est en raison de la force, nous retrouvons ici le rapport précédemment établi, savoir : que la puissance intellectuelle étant chez l'homme comme 3, elle sera chez la femme comme 2.Et puis que dans l'action économique, politique et sociale, la force du corps et celle de l'esprit concourent ensemble et se multiplient l'une par l'autre, la valeur physique et intellectuelle de l'homme sera à la valeur physique et intellectuelle de la femme comme 3X3 est à 2X2, soit 9 à 4.Non, la femme considérée sous le rapport de la justice et dans l'hypothèse de ce qu'on appelle son émancipation, ne serait pas l'égale de l'homme. Sa conscience est plus débile de toute la différence qui sépare son esprit du nôtre. Sa moralité est d'une autre nature. Ce qu'elle conçoit comme bien et mal n'est pas identiquement le même que ce que l'homme conçoit lui-même comme bien ou mal. En sorte que, relativement à nous, la femme peut être qualifiée un être immoral...

Publicité