Vaut-il mieux rester fidèle sans sincérité ou demeurer sincère sans fidélité ? Aie ! Nous voilà directement dans le vif d'un sujet qui nous concerne toutes, les femmes qui font des escapades, les femmes d'hommes qui vont voir ailleurs et celles qui pensent qu'on ne peut jurer de rien. Cette question est posée par le philosophe Wladimir Jankélévitch et sert de préface au dernier livre de Michela Marzano, chercheuse au CNRS, La fidélité ou l'amour à vif. Ce livre explore les notions de fidélité, de confiance, de promesse, d'engagement, et sur nos capacités à les tenir, ou pas. Au travers d'exemples puisés dans la littérature, réservoir infini d'héroïnes écartelées entre infidélité et sacrifice, Michela Marzano nous ouvre des pistes et tente de régler son compte à la culpabilité.

On a voulu savoir ce que les femmes pensaient du sujet, mais pas question de cuisiner les filles du bureau, pas de confessions devant la machine à café ! On voulait du vrai et on a invité Marion, Cécile et Betty à lire La fidélité, puis à nous retrouver autour d'un café...

Marion ne vit pas avec son amoureux qu'elle aime tendrement depuis dix sept ans et il le lui rend bien, à sa façon. Ils se voient tout le temps, partagent un tas de choses et pas mal de connivence, ils sont médecins tous les deux. Mais depuis six mois, une fille beaucoup plus jeune a déboulé dans la vie de François, une fille qui s'accroche et à laquelle il n'a pas pu résister. Classique.

A quoi bon se mettre la tête à l'envers ?

Marion dit qu'elle a souffert le martyre, elle a parlé de trahison, d'abandon, de cruauté. François ne veut pas quitter Marion son amour, mais il dit aussi qu'il a besoin de vivre cette histoire, d'être désiré. Il sait aussi qu'il fait mal et il sait ce qu'il risque, mais il n'y peut rien : séduire cette fille le rassure. Il dit qu'il que c'est temporaire, qu'il n'y a pas d'amour là dedans, juste de l'émoi. Marion a admis qu'à la place de François elle aurait pu faire la même chose, que le risque zéro n'existe pas. Elle tient à François, et lui à elle. Marion va mieux.

Cécile vient de quitter Marc. Vingt trois ans de vie commune sans nuages, mais comme le dit Cécile, sans soleil non plus. Elle a rencontré Pascal, une aventure pétillante de trois mois, et puis Pascal l'a quittée. L'histoire lui a fait du bien avant de lui faire du chagrin. Marc n'en n'a rien su, les hommes préfèrent souvent être aveugles. A la date anniversaire de sa rencontre avec Pascal, Cécile a tout raconté à Marc. Elle lui a aussi dit qu'elle avait tenté de reprendre la vie comme avant, mais que c'était impossible si elle était sincère. Elle vient de prendre un appartement toute seule, les enfants sont à la fac, ils ont besoin d'autonomie. Elle aussi. Changement de vie. Marc commence à comprendre, c'est un bon début.

Publicité
Publicité
Betty dit en riant qu'elle est bien plus mariée à la fidélité qu'à Maxime. Elle est certaine qu'elle aurait pu avoir une autre vie, avec un autre homme, et qu'elle aurait été fidèle de toute façon. Betty pense que Maxime lui est probablement fidèle, mais ça ne l'intéresse peu. Sa propre fidélité lui importe infiniment plus que celle de son mari, puisque c'est la seule dont elle peut être certaine. Elle dit qu'être fidèle à son couple lui évite des tourments inutiles, et qu'elle prend la fidélité comme une aventure tranquille. Tentée, Betty ? Au moins une fois ? Elle rit de nouveau. Oui, mais pas assez. Betty pense qu'après la passion, les hommes se ressemblent beaucoup finalement. Alors à quoi bon se mettre la tête à l'envers pour retrouver le même, en moins bien peut être ?

La fidélité ou l'amour à vif de Michela Marzano, Editons Buchet Chastel

Publicité