"... Et surtout, pensez à bien vous couvrir dimanche, parce qu'il va faire froid !" Nous sommes au 26, rue Léon Jost, dans ''the'' boutique of ''the'' marathon, d'ailleurs, elle s'appelle La boutique du marathon.... Un coup d'œil au calendrier et tout s'explique : ''The'' marathon, le 30ème Marathon de Paris, c'est dimanche. Autant dire qu'il approche à grandes foulées...
La boutique s'est transformée en anti-chambre de la course, ambiance ''all in the starting blocks''. Tandis que les vendeurs préparent à la hâte les cartons qui partiront au Village, Ray Cornou, la maîtresse des lieux, distille les derniers conseils aux marathoniens les plus stressés. "Enormément de débutants viennent nous voir. A quelques jours de la course, ils ont besoin qu'on leur remonte le moral. Ils demandent si ça va aller. Ils ont peur parce qu'ils ont été grippés et n'ont pas pu s'entraîner comme il faudrait. Ils voudraient savoir s'il va faire beau et comment ils doivent s'habiller... Moi, je vais leur rappeler de prendre un "Imodium" avant la course. Je suis comme une mère pour eux !", l'ancienne marathonienne s'enthousiasme !

Ray Cornou peut se vanter d'en connaître un certain nombre de marathoniens sur les 35 000 participants. Il y a ceux qui ont couru à ses côtés au cours de la centaine de marathons ou des dizaines de courses auxquels elle a participé, ceux qu'elle a coaché ces dernières années et ses clients, bien sûr. Dans quelques heures, elle les retrouvera au Village. Malgré toute la précipitation des derniers préparatifs, elle s'y voit déjà et se réjouit du passage qu'il y aura sur son stand.
Mais ce qu'elle attend par-dessus tout, c'est ce moment où elle prendra place, dimanche, sur sa chaise, un sifflet à la main. Cette chaise où elle restera, six heures durant, jusqu'à ce que le (presque) dernier marathonien passe enfin.
Sa chaise sera "au 39ème" : "C'est un des moments les plus durs de la course, en plein bois de Boulogne. Ils commencent à peiner en ne voyant pas la fin venir. Alors, quand ils m'aperçoivent, c'est comme le phare de la tempête. Certains viennent me faire la bise, je leur fais un petit massage, je leur donne un coca ou du sucre... Je deviens leur point de ravitaillement et de réconfort !", décrit Ray. "Même si je ne peux plus courir, pour des raisons de santé, je reste une marathonienne de cœur, et à chaque marathon, je vibre autant qu'eux !"

Et surtout autant qu'elles. Près de 10 000 femmes se lanceront cette année dans la course. "J'encourage les filles car je les trouve vraiment méritantes. Le problème des femmes, c'est qu'elles ont souvent trois vies à la fois, la famille, le mari et le travail, et ce n'est vraiment pas facile pour elle de trouver du temps pour s'entraîner. Alors chapeau les filles ! Et puis, les filles sont en général plus tempérées, elles démarrent moins vite que les mecs, et du coup, elles restent souriantes tout au long de la course !"

"Chapeau les filles !"

Publicité
Ray compte pas mal de filles dans sa clientèle. Et pas forcément des marathoniennes : "les femmes se mettent souvent à la course pour perdre du poids. Elles ont raison, c'est un vrai brûle graisse !" La boutique propose du matériel, des chaussures bien sûr, -essentielles, mais aussi du prêt-à-porter pour être prête à courir et belle à la fois... "mon credo, c'est les matières et l'esthétisme", explique Ray le dos calé contre ses portants remplis de shorts, pantalons, T-shirts, sweats de toutes les couleurs. Enfin, en rose surtout... Toutes les marques sont représentées, des plus connues comme "Nike, Adidas, New Balance, Helly Hansen, Adidas, quelques North Face..." Et les plus petites, "qui ont aussi sorti de très belles collections, comme par exemple Odlo, Salomon ou Concurve", cite un vendeur.

Publicité
Publicité