Il y a d'un côté, les gentilles, bien coiffées, au look impeccable. Ce sont les "trop mignonnes". De l'autre côté... Il y a les autres. Celles qui ont les cheveux en vrac, le bas du pantalon crassouille et les manches retroussées jusqu'aux coudes. Celles là, ce sont les "sacrées chipies". Pour faire court, il y a les Martine (des albums) et les Sophie (des Malheurs).
Et cela fait des générations que cela dure. Trois au total en ce qui concerne les Martine, puisque le tout premier album, signé Marcel Carlier et Gilbert Delahaye, date de 1954 ("Martine à la ferme") et que le dernier vient juste d'être publié chez Casterman, en novembre dernier. Son titre ? "Martine, drôle de fantômes". Bouh !

Plus de 50 millions de nénettes ont feuilleté la bagatelle de 53 albums de Martine et se sont ralliées à son joli panache auburn. Ou pas.
C'est simple et imparable. Madonna est total Sophie, Ségolène Royale est plutôt Martine Laurence Parisot penche un poil vers la Sophie attitude. Laurence Ferrari, elle s'avère être une vraie Martine en dépit des apparences...
Hum. Et vous Marie-Christine, vous êtes plutôt Martine ou Sophie ?

"Les femmes ont toujours raison"

Elle est plutôt Martine en ce moment Marie-Christine Barrault. La preuve : elle prête sa voix aux aventures de notre héroïne en bottes caoutchouc sur quatre CD qui viennent de sortir. "J'adore capter l'attention des enfants, c'est fabuleux !". Elle va d'ailleurs enregistrer douze de ses aventures. Mais pour le reste, elle est loin de la vie tranquille de Martine.

La preuve : la coincer pour un brin d'interview relève de l'exploit. "M.... femmesplus! Je ne me suis pas encore lavé les cheveux et ils vont venir me chercher pour le tournage. Bon, cinq minutes alors" Marie-Christine Barrault galope dans son emploi du temps. Des répétitions par ci, des enregistrements par là, les planches du théâtre de la Porte Saint Martin à Paris aux côtés de Michel Carnoy dans "Opening night" de John Cromwell, des lectures, et là, tout de suite, dans cinq minutes, le démarrage d'un tournage du téléfilm pour France 2, "Passé trouble". Elle éclate de rire : "un peu comme le mien !" "Oui, c'est vrai, je mène une vie dingue. Mais, j'ai une énergie dingue aussi. Cela me vient du théâtre. C'est un pays hors norme, totalement à part bien qu'absolument ancré dans la réalité, et où le public et ses applaudissements nous payent en retour de la vitalité et de l'énergie que l'on y met. C'est une spirale fabuleuse !"

Un CD de chanson vient de sortir : "Les femmes ont toujours raison", musique de Jean-Marie Sénia, textes de Roger Vadim. "Textes", parce que ce sont des chansons à texte... "Parce que c'est ce que j'aime avant tout : écouter les chansons. Là, dans cet album, c'est tout Vadim, son amour et son humour. Les femmes ont toujours raison, c'est une blague au dixième degré de Vadim", elle rit encore. "Cet album n'aurait jamais pu se faire sans Jean-Marie Sénia. Il a su nous amener l'un à écrire et l'autre à chanter, à sauter les obstacles. Vadim n'avait jamais écrit de chansons. Des fois, je ne sais pas si c'est moi qui parle ou bien lui. Je voulais chanter des choses auxquelles je croyais et que me parlent. Voilà..."

Publicité
Publicité
Dites, vous êtes un peu femmeplus Marie-Christine ? Encore un éclat de rire. "Cela me fait penser au monsieur plus qui rajoute du caramel et de café dans les pubs au cinéma ! Oui, oui, plus de féminité dans le monde, et plus de femmes encore. J'adore le courage et l'imagination des femmes. Rien n'est jamais terminé avec elles, elles recommencent toujours leur vie sans aucune hésitation. D'ailleurs, je trouve que le fossé entre les hommes et les femmes de mon âge a tendance à se creuser à nouveau. Les hommes ont tendance à se poser et nous, on va de l'avant."

En fait, elle est plutôt Sophie Marie-Christine...

"Les femmes ont toujours raison" et quatre CD de 3 volumes de "Martine" chez Cristal Records, distribution Harmonia Mundi.

Les productions Cristal

Publicité