Longtemps j'ai porté des petites chemises. On appelait ainsi une sorte de maillot de corps à petites bretelles ourlées d'un liseré de coton blanc, que l'on mettait sous les vêtements des enfants pour les protéger d'un éventuel refroidissement ou de toute autre maladie enfantine. Plus vraisemblablement surtout pour apaiser les inquiétudes maternelles. En plus de tenir chaud...

Strip-tease

Petite chemise et soutien-gorge. Longtemps j'ai porté des petites chemises. On appelait ainsi une sorte de maillot de corps à petites bretelles ourlées d'un liseré de coton blanc, que l'on mettait sous les vêtements des enfants pour les protéger d'un éventuel refroidissement ou de toute autre maladie enfantine. Plus vraisemblablement surtout pour apaiser les inquiétudes maternelles. En plus de tenir chaud, la chemisette, assortie à la petite culotte, se devait d'être d'une propreté irréprochable. (...) La marque de ce vêtement d'enfant, sous un tee-shirt ou un chemisier était pour moi le signe indélébile de l'appartenance au monde des petites, que j'avais hâte de quitter (...)

De la petite fille habillée par ses parents à la vieille dame qui néglige son apparence, en passant par les ados accros aux marques, les sœurs qui se prêtent des vêtements, l'homme qui ne s'habille qu'en noir ou la serial acheteuse, voilà des histoires comme les nôtres, amusantes, dérisoires, futiles et utiles, à propos notre seconde peau.

Publicité
Publicité
Pourquoi est-on accro à la lingerie ? Comment un vêtement peut-il nous transformer ? Que cache, ou exprime, la dégaine des ados ? Que disent de nous les vêtements que nous portons ? Déshabillez-moi fait le strip-tease de nos apparences pour mieux révéler la construction de notre identité, en 19 chapitres et autant de petits scénarios bien ficelés. Les auteures sont deux filles, toutes deux psys en milieu hospitalier auprès d'enfants, d'ados et d'adultes, et au sein d'une maternité. On pourrait jurer qu'en plus, elles passent un temps fou à faire du shopping !

Déshabillez-moi, de Catherine Joubert et Sarah Stern, chez Hachette Littératures, 16 €

Publicité