Sur scène, Emma a le nez rouge. Logique, puisqu'elle est clown. Mais ce soir, la clown est triste. Pire, elle veut mourir... Bienvenue dans l'univers d'Emma, un petit monde de névroses et de divans, "d'actes manquants" et de lapsus attendrissants. Des rêves échoués. Mais laissons-nous bercer, c'est au Théâtre du Rond Point, à Paris, jusqu'à la fin du mois.

Auguste psy

Emma a le nez rouge Emma a le nez rouge. Logique, puisqu'elle est clown. Mais ce soir, la clown est triste. Même, elle veut mourir. Bienvenue dans le monde (d') Emma, bienvenue sur le divan...

Son 'pectacle et tous ces "s" qu'elle oublie, c'est sa vie, sa douce folie, sa "'sychanalyse" et son divan, son (pas) d'inconscient. Et sa vie aussi ? Oui, c'est tout ça, et rien en même temps. Mais finalement, y a-t-il vraiment quelque chose à dire ? Benoîtement, maladroitement, elle va finir par s'y poser, sur ce divan d'abord contourné, évité, chassé. Il est un peu maltraité et effiloché par tant de passés. Puis vite, vite, elle va se raconter, face au public, le corps alanguit, tête bêche à un cigare fumant et un magnétophone, qui fera office de.Vite, vite, les petits riens passent et se succèdent, dans de fausses joutes verbales, dans des petits rires amers et lapsus ; des gestes fébriles et des "actes manquants". Dans ses hésitations, ses répétitions, Emma traîne le chariot de son enfance, cette "malle-à barres", celui où elle range ses "swing gums" et ses souvenirs. Comme elle, ils sont épars. Disloqués.

Les mille dons d'Emma Derrière Emma, se cache Meriem Menant. Comme le confirment ses débuts sur les trottoirs et dans des festivals, cirques et cabarets, Meriem est une artiste "de rue", au beau sens du terme. Tellement complète et complètement à part.

Publicité
Publicité
Sur son tableau, ses petits coups de craie sont bien affirmés. Son personnage fort est appuyé de mime, de chant, de vidéo. Elle use du comique de situation, des jeux de verbe et de la participation du public déjà bien rodés dans des précédents spectacles (''Emma la clown en Afghanistan'', ''Emma la clown et son orchestre''...). Aucun doute, chacun y trouvera son compte. Seul bémol, la cadence du spectacle souffre parfois des mêmes irrégularités que son personnage. Et les sautes d'humeur d'Emma, ces changements de rythme incessants finissent parfois en creux. Heureusement, le bon mot ou le tendre sourire ne tardent jamais à réapparaître...

En savoir plus ! Emma la clown sous le divan, jusqu'au 31 décembre 2007 A 18 h 30, au Théâtre du Rond Point2 bis, avenue Franklin D. Roosevelt, Paris 8ème Réservations : 01 44 95 98 21

Le site du Théâtre du Rond PointLe site d'Emma la clown

Publicité