Il faut de tout pour faire un Cannes : petits et grands, la ronde des films n'en finit pas de tourner.
L'ACID (Agence du Cinéma Indépendant pour sa Diffusion) présente une dizaine d'œuvres dont la plupart repartiront achetées par un distributeur français ! Là, le festivalier fouineur découvre quelques bijoux incontournables. Parmi eux, "Petites révélations" de Marie Vermillard ("Lila Lili") avec une mosaïque de personnages pris à un instant T, de peur ou de surprise, d'acceptation aussi de ce qu'ils sont.
C'est court (55 minutes), dense, jamais bavard ni démonstratif, follement intime et en même temps universel. C'est une enfant qui joue, une femme qui pleure, un homme qui passe sans s'arrêter... Des scènes brèves qui disent une chose et en dévoilent une autre, qui nous parlent, nous ressemblent. Un petit grand film.

A découvrir aussi "Allez, Yallah !", de Jean-Pierre Thorn, un documentaire sur les femmes et l'Islam, vu des deux côtés de la Méditerranée.

Ah Marie-Antoinette !

Bla-bla... La femme qui est à l'honneur aujourd'hui n'est ni une héroïne, ni un monstre, mais on ne s'attendait pas à l'aimer autant ! Dans "Marie-Antoinette" de Sofia Coppola on oublie la Reine et l'Histoire de France (ni collier, ni fuite à Varennes ici, même si la brioche, l'apparition au balcon et Fersen sont évoqués) pour ne voir qu'une pauvre petite fille riche se consolant comme elle peut en jouant aux cartes, perdant au jeu et consommant à foison macarons et escarpins.

Publicité
Une adolescente perdue dans un monde étrange et étranger, cassée trop vite par une charge trop lourde pour elle. Ces thèmes sont les mêmes que ceux travaillés par la réalisatrice dans ses précédents films, "Virgin Suicides" (présenté à la Quinzaine des réalisateurs en 1999) et "Lost in Translation". C'est donc ainsi qu'elle conclut sa trilogie sur les jeunes filles. Et avec quel panache ! Décors, costumes, musiques (classique et rock mêlés de Air ou New Order à Rameau !), tout est spectacle. Et Kirsten Dunst ("Spider-Man", "Eternal Sunshine of the Spotless Mind"), délicieuse et ravissante, passe de l'enfance à l'âge adulte, de l'insouciance à la conscience avec une intensité renversante.
Publicité