Tout le monde a dans son portefeuille, le revers d'une veste ou d'un carnet, une vieille photo cornée qui n'a de sens que pour soi-même. Qui n'a pas aussi, dans le bas d'une étagère, un vieil album de famille rempli de photos jaunies, de personnes dont nous seules nous rappelons... C'est un peu ça "Images d'elles", des photos détournées de leurs destinées pour venir s'épingler dans des musées. "Les neufs de Transilie"* ont lancé début octobre une série de six expositions en Ile-de-France autour de la femme d'aujourd'hui.

"''Que cache le bleu de travail d'une femme artisan ? Comment une conductrice de métro se débrouille t'elle dans un milieu masculin ? Que se cache t'il sous une robe de mariée ?''" Autant de questions pour aborder la femme dans toutes ses représentations.

Dominique le Tirant**, ethnologue chargée de l'exposition explique que toutes ces expos déroulent la vie d'une femme : "''Dès l'école, les enfants sont confrontés à des choix sexués. Ce qu'ils feront comme activité le mercredi : plutôt danse ou kick- boxing, dessin ou plomberie ? Dans ces choix, la petite fille commence sa construction de femme, et selon ses influences, son entourage, les magazines, elle aura plus ou moins de chances de s'orienter vers des activités différentes''".

Mauvais point à l'école

L'école par exemple, pourtant terrain déclaré de l'égalité, véhicule de nombreuses représentations sexuées : "''Par exemple, cite Dominique le Tirant, si l'on regarde un manuel d'histoire, sur 100 biographies, on ne trouve qu'une seule une femme ! Preuve que l'inféminité continue. Si on regarde les bulletins à résultats égaux, il y est souvent dit d'un garçon qu'il est "doué" et d'une petite fille qu'elle est une "travailleuse acharnée"!''" Les représentations se déroulent au fil des expositions...

Dans la vie professionnelle, peu de femmes ont des métiers d'hommes (la RATP ne compte qu'un quart de conducteurs femmes). Et dans les métiers réputés féminins, les femmes souffrent d'images préconçues : une hôtesse de l'air aura de belles jambes et une assistante sociale l'air revêche.

"''Toutes ces représentations sont lourdes à porter... Et c'est sans parler du fameux "plafond de verre", qui empêche les femmes de gravir les échelons!''", rappelle Dominique Le Tirant. "''Mais c'est bien dès l'école que l'on devrait affirmer que les pompiers ne sont pas que des garçons...''"

Notes : *''Les neufs de Transilie, un ensemble de six structures en Ile de France, groupe de réflexion et de recherche sur les thèmes de société.''

Publicité
**''Dominique Le Tirant est spécialisée dans les problématiques de sociétés urbaines et industrielles. Historienne en histoire contemporaine, elle travaille sur la place et le rôle des femmes dans la société. Elle est l'auteure de "Paroles et images d'elles"''.
Publicité
Publicité