Le linge sale se lave en famille...

Des meurtres, des histoires d'amour, des secrets de famille et des scandales à souhait, on avait laissé les habitants de Wisteria Lane en train de croquer la pomme du pêché ! Des paniers de pommes même, voire une sacré compote !

On les retrouve dans cette deuxième saison auréolés d'un buzz énooooorme. Les actrices, anciennes gloires de la télé, (Eddie Britt vivait sur la "Côte Ouest", et Gabrielle Solis à Genoa City, se brûlant régulièrement aux "Feux de l'amour"), sont aujourd'hui les actrices les mieux payées au monde, récompensées par des Awards et réclamées par le cinéma.
La série des "mamans névrosées" n'en fini pas de battre les records...

Rappel des faits

La série doit son succès à un cocktail de genres bien dosés : on commence par du drame avec le suicide de la "so desperate" Mary Alice, qui revient commenter la vie de ses copines en voix off. C'est surnaturel, c'est bon pour l'audience.

Alors forcément, on fait une enquête de voisinage, les façades des maisons explosent et les masques tombent, on trouve des caves secrètes et des armes à feu à la pelle !

Mais comme dans la vie, et surtout dans les séries américaines, tout finit en poilade, Susan Mayer débarque et fait une de ses fameuses pirouettes... Eddie Britt, sa pire et blonde ennemie, se moque d'elle pendant que "Lynette la parfaite" la relève. Bree ne tarde pas à amener des muffins à la cannelle. Et toutes finiront par se murger au rouge lors d'une partie de poker.

Parce que derrière les sourires ultra-white et les brushings parfaits, il y a tout le vernis de la société américaine, ou américanisée, qui craque. La saison 2 ne va pas ménager nos nerfs...

Desperate Housewives (c) Buena Vista International

Attention, révélations !

Mais qui est donc cette famille de blacks qui emménage en pleine nuit dans le quartier ? Que ou plutôt "QUI" cache t-elle ? Attention, ce n'est peut-être pas ce que l'on croit...

Comment Bree va faire pour sauver sa relation tyrannique avec son fils gay (sachant que le tyran n'est pas celle que l'on croit !) ? Va-t-elle devenir alcoolique (on vous met sur la piste...). Va-t-on la retrouver ivre morte le nez dans le gazon, dans une clinique psychiatrique ou bien aux Alcooliques anonymes ? Peut-être, suspense. Les auteurs nous rendent chèvres. On adore !

Et chez Lynette, quoi de neuf ? Et bien justement, elle sort de chez elle, troque ses sales gosses pour des méchants collègues, et se dit que finalement, la famille, y'a que ça de vrai... Sauf qu'elle va être déçue Lynette, très déçue même, par son mari, (mais si, c'est une sorte d'archétype du père parfait).Déjà, quand il va la rejoindre dans la même boîte, dans le même service, elle rigolera moyen, et quand le soupçon sera plus fort que l'amour, elle sera complètement déconfite ! Les mythes s'écroulent, les spectateurs (trices) aux aguets, la larme à l'œil, prêt(e)s pour la vengeance de la housewife...

Susan, le clown de service va-t-elle se rapprocher de Mike Delfino, le plombier le plus sexy de la télé ? Non pas vraiment... Et même carrément au contraire ! Alors qu'on croyait son ex recasé avec sa voisine Eddie, (dite "le radiateur"), le voili-voilou qu'il la redemande en mariage ! Bon, tout ça n'est qu'une question d'assurance, mais ça fait forcément des noeuds dans le cerveau de la petite Susan.

Publicité
Et enfin, Gabrielle Solis, elle, ne sera plus obsédée par les crèmes de beauté et les séances de Yoga avec son jardinier prépubère. Mais par les bébés ET par les crèmes et séances de yoga ! D'abord traumatisée à l'idée de voir son corps sublime transformé en couveuse, elle se laisse convaincre par son mari fraîchement sorti de prison qui fricote avec une bonne sœur ! (Oui, la vie d'une diva capricieuse aussi c'est mouvementé!)
Publicité