"Joie d'offrir, plaisir de recevoir"

On entre dans cette nouvelle salle comme dans un musée. Chuuut ! C'est une salle de mariage. Les couleurs acidulées sautent aux yeux.

Un magistral drapeau tricolore de 10 mètres est reproduit sur le mur de fond, derrière le bureau du maire, tout rouge et en forme de cœur (le bureau). Son fauteuil est "Gulliverien" et il officie coiffé du bonnet phrygien.... Il fait face aux époux, eux-mêmes assis sur des sièges "Monsieur" et "Madame", et aux invités, eux aussi assis, mais sur des "coeurs sur pattes" de toutes les couleurs. Quelle cérémonie !
Les époux se jurent fidélité devant une immense Marianne en bronze sculptée par des Camerounais. Tiens, on dirait qu'il y a une brocante installée au fond de la salle entre les colonnes. Ah non, ce sont des photos et des objets offerts par les mariés...
L'immense côtoie le détail, le sérieux la fantaisie, l'amour l'administration ! C'est étonnant, gai et surprenant, un peu comme les histoires d'amour !

Bernard Birsinger, maire de Bobigny, a contacté le sétois Hervé Di Rosa, ami de Keith Harring et chantre depuis les années 80 de "l'art modeste", pour mettre un peu de vie dans cette salle des mariages. Di Rosa en a profité pour mettre en œuvre tout son talent "modeste", et quelle bonne idée ! Le voilà qui mélange ici fantaisie, sacrement et profane un peu kitch. "Marianne, ce n'est pas forcément les impôts, il faut que ce soit aussi synonyme de joie !", annonce l'artiste sans préambule. En ces temps agités, voilà la république triomphale en harmonie avec le baroque.

Dans cette mairie communiste, point de portrait du président Chirac, mais des dizaines de photos souvenirs d'anonymes, des couples d'amoureux sur papier glacés ou d'étreintes sur des planches de bande dessinés collectés dans les greniers des habitants de cette ville rouge de la banlieue parisienne.

Gai, gai, marions nous !

"Joie d'offrir, plaisir de recevoir", c'est le principe de cette œuvre et aussi ce qui fait tout son charme. En se mariant ici, les époux reçoivent un recueil de textes romantiques et une carte sérigraphiée de l'artiste en échange de leur cadeau qui sera exposé dans les vitrines entre les colonnes au fond de la salle. Don pour don et c'est le bonheur !

Publicité

Le souci de l'artiste a été de rendre ce lieu au public. Chose faite en complétant cet univers guimauve-pop de graffitis réalisés par des jeunes Balbyniens. "Tout le monde, et tout le Monde !" explique Hervé Di Rosa. Cette reconnaissance de la rue donnera peut-être aux jeunes le sentiment que le mariage et la République, c'est aussi pour eux !

Publicité
Toute aussi motivée, Catherine Peyge, la première adjointe au maire, revendique "le droit au beau, à l'art, à la culture" pour tous. Les invités et les mariés prendront place au cœur même de cette œuvre d'art contemporaine. La mairie a aussi prévu des fauteuils de chaque sexe pour les unions homosexuelles et, selon l'adjoint aux événements "pour un jour unir les frères et sœurs : en ces temps difficiles, on a besoin de marquer son union avec tous les gens qu'on aime".Pour coller au décor, on ne aurait presque envie de ne plus jeter de riz blanc, mais des pâtes de couleurs !

Pour découvrir l'œuvre d'Hervé di RosaLe site du MIAMCe sujet vous intéresse ? Parlez-en sur notre forum !