Les ados, ça fait des bêtises. Et des fois, des bêtises bien plus grosses qu'eux. Juno a beau ne pas être une ado comme les autres, elle ne déroge pas à la règle. Elle tombe enceinte à 16 ans. Elle décide aussi de garder le bébé non désiré. Envers et contre tous. Juno va se battre pour trouver ces parents idéaux dont elle rêve pour ce bébé. Un beau petit film. On y va !

''Juno'' : So Sweet sixteen !

Juno, couettes et jeans trop grands A 16 ans, Juno est une ado... pas tout à fait comme les autres. La différence ? Un petit air de "Je vis ma vie et je m'en fous". Pas tant de vous, papa, belle-maman, mais de vous, les Pin-ups du lycée. Juno c'est plutôt couettes, tâches de rousseur, tee-shirts rayés et jeans trop grands, un faux air de Punky Brewster et de Fifi Brindacier. Assez pour faire la différence...

Quand on s'appelle Juno et que l'on s'ennuie, on ne se réfugie pas au centre commercial avec ses copines. On ne végète pas dans le canapé non plus. On tombe dans les bras de son meilleur pote. Pas grave si l'élu, un dénommé Bleeker, n'est pas des plus populaires. Pas grave non plus s'il n'est pas vraiment sexy, avec son air ahuri, sa taille de crevette et ses frêles mollets, subtilement mis en valeur par le petit short jaune dont il se pare pour aller courir. Tout ça, ce sont des détails. Le hic, c'est qu'il suffit d'une fois pour tomber enceinte. Et que ça, ce n'est plus un détail quand on a 16 ans. Juno va bien essayer de contacter le centre d'IVG avec son téléphone en forme de hamburger, mais elle ne parviendra pas à aller jusqu'au bout :''Tu te rends compte, il paraît qu'à ce stade, ils ont déjà des ongles...''

Publicité

''Enceinte, et alors ?'' Réalisé par Jason Reitman ("Thank you for smoking"), "Juno" est l'une des perles de la rentrée, déjà considéré comme le ""Little Miss Sunshine" (Jonathan Dayton) 2008. Une perle du film américain indépendant comme on les aime, un cinéma réalité fin et rafraîchissant, malgré un thème complexe. A coup d'exquis décalages, cette gamine va nous faire vivre les aléas d'une grossesse non désirée, de la révélation difficile aux parents aux durs regards de ses camarades de classe, et celui, pas plus tendre, qu'elle s'inflige à elle-même. De la première écho à la recherche de parents adoptifs, des parents biens, un couple d'Américains modèles de la banlieue résidentielle. De la complexité des relations avec tous et aussi avec Mark, un jeune homme confronté à ses pulsions...

Publicité
Selon la scénariste Diablo Cody, ''Les femmes sont intelligentes, drôles, caustiques, et je voulais montrer que les adolescentes étaient humaines et ne correspondaient pas aux clichés véhiculés par les médias -autrement dit des nanas hystériques, agressives, obsédées par leur image et n'obéissant qu'à leurs hormones.'' Bien joué !
Publicité