Le film, son héroïne
A 36 ans, la réalisatrice vietnamienne Phan Huyèn Thu présente Khoa, son premier film à Créteil. Elle y brosse le beau portrait de Khoa, une jeune femme handicapée. Ce prénom signifie "victoire". Un nom prédestiné pour cette jolie jeune femme à la fois vendeuse de pain sur les trottoirs sales et bruyants de Hanoï et championne de course en demi-fond en fauteuil roulant aux derniers jeux paralympiques de l'ASEAN.

"Personne ne m'a jamais aidé, explique doucement Khoa, les yeux dans le vide, le sourire triste. J'aurais rêvé d'avoir une famille riche qui me permette de faire des études et d'avoir un métier convenable. Mais ce ne fut pas le cas." Khoa s'est donc battue toute seule pour gagner son indépendance. Elle travaille très dur et dort à même le sol sur une simple natte.

Un quotidien difficile, égayé par les séances d'entraînement. On la découvre alors battante, sur son fauteuil de compétition. Les jambes repliées sous son corps, des bras surpuissants, sur la piste, elle donne tout ce qu'elle a. Et ça paie : Khoa a remporté 5 médailles d'or aux derniers JO paralympiques de Manille, l'an passé.

La réalisatrice

FemmesPlus : Comment avez-vous rencontré Khoa ? Phan Huyèn Thu : Je l'ai vue dans la rue en allant à mon bureau. Elle vendait son pain, sur son vieux vélo trafiqué. J'ai été marquée par la beauté de son visage. Puis, quelques jours après, je l'ai revue à la télé ! Elle venait de remporter plusieurs médailles aux Jeux Olympiques pour les handicapés. C'est là que j'ai eu envie de faire un film sur elle.

Que représente-t-elle pour vous ? Elle est l'incarnation de la réalité vietnamienne. Beaucoup de mes compatriotes se battent au quotidien pour leur propre survie. Je trouve que c'est important de témoigner de cela à l'extérieur du pays. Vous savez, au Vietnam, chaque femme pourrait être le sujet d'un documentaire. (elle rit)

Publicité
Qu'est devenue Khoa après votre film ? Elle a remporté d'autres médailles olympiques, mais ce ne sont pas les médailles qui nourrissent ! Sa vie matérielle n'a donc pas changé. Mais je crois que ces récompenses lui ont donné encore plus de force pour mener son autre combat : celui qu'elle mène au jour le jour pour assumer son désir de liberté et d'autonomie.
Publicité

Khoa, de Phan Huyèn Thu (2004). 20 min. Production des Ateliers Varan Hanoï.

__Le festival en live sur FemmesPlus__

Le site du festival

Publicité