Catherine Trammell est de retour. Elle a quitté la Californie pour le Vieux continent. Pour Londres plus exactement. Les années lui ont donné plus d'assurance et laissé sa beauté intacte. Elle a toujours tout de l'amante religieuse...
Le film s'ouvre sur une virée nocturne. Catherine fonce à travers la ville accompagnée de son joujou du moment, un célèbre footballeur. Le joujou a l'air stone. Sharon, elle, atteint le septième ciel, et sort de la route. La voiture plonge au fond de la Tamise. Le joujou coule avec la voiture. Elle s'en sort...
La mise en bouche est plutôt réussie. Pas le reste du film, qui laisse sur sa faim.
Basic Instinct 2 manque des ingrédients qui ont fait le succès du premier opus.
Pas de Michael Douglas. David Morissey, qui joue le rôle du psychothérapeute de l'énigmatique romancière est tout simplement trop anglais face à cette Américaine débauchée.
Pas de pic à glace. Si ce n'est sur l'affiche française et une seule fraction de seconde dans le film lorsque Catherine casse de la glace. Cruelle déception !

On prend les mêmes...

A part cela, le scénario se base sur les mêmes intrigues que le précédent : tous les protagonistes sont suspects, à commencer par Catherine qui couche avec toutes les victimes, et plus l'histoire avance, plus les pistes s'embrouillent. Michael Caton-Jones est bien meilleur quand il réalise un film comme ''Shooting Dogs'', sorti en début de mois. Ceci étant, il faut reconnaître qu'il filme Londres sous un angle inédit, en situant l'intrigue dans les quartiers qui ont subi d'importantes innovations architecturales ces dernières années. La Gherkin, cette étonnante tour de verre en forme de suppositoire, est la star muette du film.

Publicité
Publicité
Sharon Stone explosait il y a quatorze ans avec Basic Instinct. Elle nous surprenait en maman nympho du Midwest dans ''Broken Flowers''), ici, elle déçoit, non tant par son jeu que par le simple fait d'avoir participé à cette suite sans réel intérêt.Pas la peine de se précipiter dans les salles donc, à moins d'une envie irrépressible d'instincts basiques...

Sortie le 29 mars, durée : 1h 50.Distribution : Ocean Films.Un film de Michael Caton-Jones