"Il faisait tellement noir à midi qu'on voyait les étoiles" écrivait Picasso dans un poème dédié à Dora Maar. Ce vers préface l'exposition qui vient d'ouvrir ses portes, au musée Picasso, au coeur du Marais, à Paris. Elle, c'est une révolution en marche. Lui, c'est un monstre de l'art moderne.

Le dialogue artmoureux...

Elle, c'est une révolution en marche. Formée à la photographie par Brassaï et Man Ray, elle est une femme engagée et indépendante. Lui, c'est un monstre de l'art moderne. Dora Maar a hypnotisé Picasso en espagnol, un hiver à la Terrasse des Deux Magots. L'exposition qui se tient au Musée de Picasso à Paris révèle ces deux êtres d'exception et leur union sous nos yeux, au travers d'un dialogue de portraits et de créations interposées.

Ils évolueront côte à côte de la guerre civile espagnole à la fin de la seconde guerre mondiale... Au rythme de leurs échanges va naître un duo mythique. Il est le dieu minotaure et elle est la fantasmagorique muse au corps de sphinge. Côté art, Picasso produit des œuvres comme Dora et le Minotaure ou encore le cycle de La Minautoromachie. Côté plage, Dora immortalise l'artiste en Minotaure, affublé d'un crâne de bœuf. C'était à l'occasion de vacances, en 1937.

Publicité

Bouleversé par les clichés de la destruction d'un petit village basque, Picasso peint Guernica, dans son atelier parisien en 1937, sous l'œil attentif de l'appareil photo de Dora Maar. Ce reportage, premier du genre, fera d'elle une légende dans l'art moderne. Mais loin de se limiter à un suivi du processus de création, elle en fait des montages, dévoilés ici par dix-huit négatifs. De son côté, le peintre semble tenir compte des cadrages de Dora. La projection de négatifs sur un immense mur blanc, souligne le rôle que la photographe a pu jouer dans l'évolution du tableau. D'autres séquences scandent le reste de l'exposition avec notamment l'élaboration de l'Aubade en 1942 ou celle du Charnier en 1944. Au total, dix ans d'art et d'amour défilent.

Publicité
"Il faisait tellement noir à midi qu'on voyait les étoiles" écrivait le peintre dans un poème dédié à Dora Maar. Ce vers préface cette exposition. Elle illustre l'intelligent éclairage d'un peintre à l'apogée de son art par le regard et le travail d'une talentueuse femme aux cheveux d'un noir de jais et à la brillante clairvoyance... Le chant d'un cygne avant la fin de cet amour en 1945 et qu'elle pleura ensuite un demi-siècle durant.

Dora Maar- Picasso 1935-1945 "Il faisait tellement noir..." Musée Picasso, Hôtel Salé, Paris 3ème Du 15 février au 22 mai. Renseignements : 01 42 71 25 21Le site du Musée Picasso