Pulsatilla, c'est une petite brune dynamique, cheveux en pétard, au débit ultra rapide, comme toute Italienne qui se respecte. A 26 ans, l'auteur de ''La cellulite c'est comme la mafia, ça n'existe pas'' (Au Diable Vauvert) est le dernier phénomène littéraire de la Péninsule. De passage à Paris, elle s'est confiée avec simplicité et humour à FemmesPlus.
Sept bonnes raisons pour l'aimer...

1. Elle est normale

La brunette, avant de devenir auteur à succès, était rédactrice publicitaire, menant une vie on ne peut plus classique à Rome.

Publicité
Elle s'est mise à blogger par agacement. "L'écriture a toujours été l'une de mes activités préférées. A vrai dire, j'avais tellement envie d'écrire que même un mur aurait suffi ! Mais le blog offre de la visibilité. J'ai créé le mien en 2003. Il a tout de suite été très personnel. A l'époque, je vivais une histoire d'amour tordue et compliquée. J'avais besoin de dire à ce garçon que ça n'allait pas. Lui le consultait pour apprendre ce que je pensais ! Blogger est devenu une habitude, j'ai été de plus en plus lue et mon blog est tombé entre les mains d'un éditeur."

Rien qu'en Italie, ''La cellulite, c'est comme la mafia, ça n'existe pas'' a été vendu à plus de 100 000 exemplaires.

Publicité
Publicité