Comme tous les mondes clos et mystérieux, l'univers des geishas fascine. Rob Marshall, qui avait déjà ébloui les spectateurs avec son film aux multiples oscars "Chicago", s'attaque à l'un des piliers de la tradition nippone avec son adaptation du best-seller "Mémoires d'une Geisha".

Nous suivons le parcours de la petite Chiyo sur fond de Japon des années trente. Elle atterrit dans un okiya, une maison de geishas, après avoir été vendue par ses parents, des paysans pauvres et souffrants. Chiyo va alors évoluer dans ce "petit univers de femmes" et découvre, derrière le fond de teint blanc, les lèvres couleur rubis et les cheveux de jais, un monde fascinant et magique, mais également chargé de rivalités et de cruauté.

Entre les cours à l'école des geishas, où les petites filles apprennent à devenir des "œuvres d'art vivantes", les corvées et les corrections qui lui sont infligées, Chiyo cesse très vite de rêver de liberté.

Sa vie change le jour où Mameha, la plus réputée des geishas, décide de reprendre en mains sa formation. A quinze ans, la "petite fille aux yeux de pluie" prend le nom de Sayuri. Elle devient vite l'objet de toutes les convoitises masculines aux dépens de sa rivale, Matsumomo, interprétée par la renversante Gong Li. Sayuri excellera dans son art, mais il lui en coûtera une dernière leçon : l'amour est interdit aux geishas...
t interdit aux geishas...

La grâce incarnée...

Le Japon d'avant-guerre apparaît enchanteur et l'opacité du microcosme des geishas est bien retranscrite, tant est grande l'impression de pénétrer dans un univers de beauté et de talent interdit au monde extérieur. Qu'il s'agisse des scènes "publiques" dans les maisons de thé, des lieux saints, d'un tournoi de sumo ou de scènes plus "intimes", comme lorsque les geishas revêtent leur kimono, se maquillent, ou encore pendant les cours de danse, la photographie est époustouflante.

Les qualités artistiques de Zhang Ziyi et Michelle Yeoh, déjà réunies dans le poétique "Tigre et Dragon", ont permis au réalisateur de tourner de splendides scènes chorégraphiques. Notamment celle où Sayuri se révèle en dansant sur le thème de l'hiver. Elle est d'une grâce étonnante malgré ses socques de vingt centimètres de haut !

Publicité
"Mémoires d'une Geisha" est à la hauteur de l'équipe du film, devant comme derrière la caméra. Non seulement le film est visuellement féerique mais l'histoire, fidèle au livre d'Arthur Golden (qui s'est vendu à plus de quatre millions d'exemplaires dans le monde), est captivante. A condition d'accrocher immédiatement, sous peine de le trouver peut-être un peu longuet...
Publicité

Mais, de "Roméo et Juliette" à "Autant en emporte le vent", les histoires d'amour impossible ont toujours remporté un large succès...

Sortie le 1er mars. Durée : 2 h 20 Distribution : Mars.

Le site officiel du film