Froid dehors...

C'est pas gagné
Bon. Posons les choses. Toute ne va pas être rose en 2007. Déjà, l'année se termine par un chiffre impair, c'est jamais bon en économie. En plus, c'est le premier cycle de 7 ans du nouveau siècle, là, je ne vous fais pas de dessins, vous connaissez la chanson... Pire encore, 2007 succède à 2006. Normal, certes. Mais ici, c'est tragique car 2006 a été et sera considérée comme une année d'embellie. Donc, il va être difficile de faire mieux sur le terrain économique. Mais regardons cela de plus près grâce aux perspectives de l'Insee.

Dehors, ça va barder !
Bad news pour la France. +a va secouer sec à l'extérieur en 2007. L'Allemagne relève son taux de TVA. Un mauvais coup pour les porte monnaies de nos amis les germains et pour nous : baisse de leur croissance. Pas glop.

Les Etats-Unis pataugent. Cela fait 4 ans que cela ne leur était pas arrivé, mais là, paf ! Back à 2 % de croissance. Résultat, bien leur dollar périclite au détriment de notre euro. On imagine la suite sur les marchés financiers, les marchés de matières premières, les produits de conso et le tourisme en Europe et en France. Continuons à apprendre le Chinois. Pour eux, ça va tellement bien qu'ils sont obligés de juguler leur taux de croissance. Eh oui, on n'y croit pas avec notre pauvre taux de croissance de 0, 5 % par trimestre en 2007...

... chaud dedans

Conso, ouf, ça va mieux...Les prix de l'énergie sont à la baisse (le baril de pétrole devrait s'échanger à 60 dollars), l'immobilier devrait confirmer sa stabilité, l'inflation poursuivre sa désinflation (0, 8 % à juin 2007), les impôts se réduire (3e année de modification de barème et mise en place du boulier fiscal) et les entreprises continuer d'investir. Résultat : un meilleur pouvoir d'achat pour nous ! Le chiffre ? + 2, 4 % de plus. +a fait combien de paires de chaussures en solde ça ?Cette dynamique (supposée) de la demande intérieure va permettre de compenser nos faibles performances à l'exportation (toujours et malheureusement liées au secteur de l'aéronautique -et donc des carnets de commandes et de livraison d'Airbus.

Publicité
Et le boulot ?C'est pas mal du tout là madame ! On confirme la baisse entamée en 2005 (77 000 emplois), celle de 2006 (l'embellie, avec 138 000 emplois) avec une prévision de 73 000 embauches à mi 2007 et un taux de chômage autour de 8, 2 % à fin juin pour 8, 6 en 2006.
Publicité

Conclusion : en 2007, on travaillera comme des fourmis mais on pourra dépenser comme des cigales. +a le fait non ?

Le site de l'Insee