Emprisonnée pour conduite en état d'ivresse, puis relâchée pour "état faible"... La blonde héritière, héroïne de "Simple Life" et starlette en puissance, est de retour, pour purger ses 45 jours d'emprisonnement. Et nous, on arrête plus d'en entendre parler... Et si on s'inquiétait un peu (plus) de toutes ses femmes injustement emprisonnées ?

Tollé contre Paris Hilton !

Un jour "hystérique", puis refusant de se nourrir le lendemain... Emprisonnée, puis relâchée, puis ré emprisonnée. C'est le quotidien de Paris Hilton. Et le notre, empoisonné par voie de médias avides de bêtises... Ceci étant, chapeau la miss, belle performance que de mobiliser tant d'attention pour une conduite en état d'ivresse. Mais bon, là, on commence à craquer. Enough is enough ! Ce matin, dans sa chronique sur France Inter, Guy Carlier s'énervait aussi : "''Ce n'est pas parce que Paris Hilton a mis ses organes génitaux en RTT (...)''" On aura compris. Même constat au Monde, où l'on parle "''des minuscules problèmes''" de Paris H... Mais une jetsetteuse ne baisse jamais les bras. Pas lassée, pas gênée, Paris aime à raconter comment "''Dieu lui a donnée cette nouvelle chance (...) Je sais que je peux être différente'''', a-t-elle déclaré à la chaîne ABC. Quelques jours après, c'est l'humilité qui la tient. Qui aurait cru voir un jour Paris assurer, en public, qu'elle préfèrerait que les journaux utilisent leurs tribunes pour parler de ce qui se passe en Irak ou en Afghanistan.

Publicité
"Usez de votre liberté pour promouvoir la nôtre", Aung San Suu Kyi... Ah Paris, tu nous ôtes les mots de la bouche. Des guerres, des génocides, des femmes emprisonnées pour avoir parlé, torturées... Il y en a des plus malheureuses. On pense à la frêle combattante Aung San Suu Kyi, pacifiste et Prix Nobel de la Paix en 1991, fille du leader de la libération birmane, le général Aung San, est emprisonnée par les forces birmanes depuis mai 2003. Aujourd'hui, elle a 61 ans, elle refuse aussi de se taire, mais pour la bonne cause : la fin de la dictature militaire et l'instauration d'une démocratie en Birmanie.
Publicité

Mise en liberté surveillée, puis emprisonnée à plusieurs reprises depuis 1989, Aung San Suu Kyi aura passé plus de 12 ans derrière les barreaux. Paris, elle, 45 jours.

A lire...Le jasmin ou la lune, d'Aung San Suu Kyi, aux éditions Florent Massot

Signez la pétition Aung San Suu Kyi