MODE - Pour l'automne, le surréalisme du peintre belge se retrouve chez le créateur français.

Curieux et érudit, Jean-Charles de Castelbajac fait partie de ces designers qui aiment mâtiner leurs collections de références à l'art, qu'il soit classique, moderne ou contemporain. Par le passé, il a su faire infuser les univers de Robert Combas, Keith Haring, Jean-Michel Basquiat, Gérard Garouste ou Hervé Di Rosa dans des vêtements pop colorés.

Pour cet automne, c'est vers René Magritte que lorgne Castelbajac Paris (le nouveau nom de la marque) pour sa collection masculine. On retrouve sur des sweatshirts ou des chemises légèrement surdimensionnées, certains des motifs typiquement surréalistes que le peintre belge (1898-1967) se plaisait à utiliser : cœur rouge, étoiles or, grand soleil rayonnant, croissant de lune, bouche généreuse, main dépliée, nuage bombé... Surtout, l'œil ouvert a ici la même fonction que sur les toiles : il est une "fenêtre ouverte" vers un "monde onirique", espère la maison.

Publicité
La collection est complétée par d'autres pièces moins littérales et plus portables : costumes cintrés unis ou à carreaux, chinos droits, joggings confortables, baskets noires ou blanches ou bomber zippé, le tout strié de bandes signatures de couleurs primaires... Les tarifs varient de 90 à 660 euros.

------------------------

Publicité

A lire aussi :

Jean-Charles de Castelbajac, la poésie de l'enfance

Le lettrage mythique des Sex Pistols s'invite chez Valentino

Stone Island, la résurrection du label street des années 90

Lire la suite sur Grazia