EXPOSITION - Les œuvres étonnantes de l'artiste grec Pavlos redonnent vie aux objets du quotidien qui nous entourent.

"L'Art est le 'moyen' qui me donne la possibilité de créer mon propre monde, puisque le monde dans lequel j'aurais voulu vivre n'existe pas, écrit Pavlos en 2006. L'Art est devenu pour moi, outre une nécessité d'expression, un mode de vie." Pavlos Dionyssopoulos (connu tout simplement comme Pavlos) a passé une grande partie de sa vie en France, à Paris. Son oeuvre est actuellement exposée à Paris avant d'être présentée en novembre à la ST-ART 2017, la Foire européenne d'art contemporain de Strasbourg.

Né en 1930 dans le sud du Péloponnèse, en Grèce, Pavlos arrive à Paris en 1958, au moment où est créé le mouvement Nouveau Réalisme par le critique d'art Pierre Restany et le peintre Yves Klein Ayant décidé de s'éloigner de la peinture classique, il découvre les affiches placardées dans le métro parisien. Il entame alors son travail de sculpture "sociologique" en utilisant des journaux et des affiches massicotées délaissées par les imprimeries.

Publicité

De l'art avec des déchets, des oeuvres en 3D

Publicité
Il fait de l'art avec les restes du monde de consommation, il transforme les déchets du quotidien. Il se rapproche par cette façon des affichistes du Nouveau Réalisme, mais sans s'y reconnaître complètement, puisqu'il choisit de travailler la tranche du papier - qu'il découpe et tord, sans jamais le froisser. Son art est unique, en marge du "retour au réel" (Pop Art) et de la "nouvelle approche perceptive du réel" (Nouveau Réalisme).

Pavlos ne suit aucun programme...

Lire la suite sur Grazia