Aux défilés de la Fashion Week de Paris, le logo ressort de nos placards des années 90 pour nous habiller cet été. Décryptage.

Ami des nouveaux riches à l'ère des nineties, le logo s'est vu revêtir une multitude de facettes pour exhiber l'ostentation de ceux (et celles) qui le portaient. Un monogramme placardé mille fois sur un sac, un t-shirt au logo en grandes lettres frontales exhibées à travers le buste... Sans oublier les tenues de l'époque de Christina Aguilera ou de Paris Hilton, images à jamais immiscées dans nos têtes lorsqu'on invoque le fameux logo. Montrer son argent, c'était finalement le but principal de cet item de design, ce véritable outil graphique d'exhibition.

Or la Fashion Week de Paris pour le printemps été 2018 lui a fait preuve d'une renaissance, lors de laquelle on a pu voir un détournement de son caractère kitsch. Les créateurs lui ont fait don d'une touche plus fraîche, plus moderne. C'est par exemple le cas chez Jour/Né, où l'emblème rouge de Coca Cola était décalqué sur une culotte taille haute ainsi que sur le bas d'un t-shirt blanc. Au défilé Nina Ricci, les ceintures elles aussi s'ornaient des initiales de la marque, imprimées sur la boucle. Et chez Koché, on a pu voir l'ensemble des lettres du nom de la marque découpées et étalées en gris, noir et rouge sur un top blanc.

Publicité

Moderne vs. rétro

Publicité
Mais le logo rétro n'a pas encore dit ses adieux : pour la saison estivale, certains labels ont décidé de maintenir son identité vintage. Lacoste, par exemple, perpétue son crocodile mascotte sur l'ensemble de ses polos et blousons coupe-vent. Balenciaga,...
Lire la suite sur Grazia