Pour son défilé parisien anniversaire, Lacoste fait monter sur le podium le jogging version racaille. Décryptage.

85 ans, l'âge la réconciliation ? C'est visiblement le cadeau de raison qu'a voulu s'offrir Lacoste pour son défilé anniversaire à Paris mercredi 27 septembre dernier. En réhabilitant le survêtement volontairement oversized sur son podium, la griffe française sous l'impulsion de son directeur artistique Felipe Oliveira Baptista, s'est rabibochée avec l'image racaille qui collait aux écailles de son croco dans les années 1990.

Car après avoir été le signe de ralliement de la classe bourgeoise à la recherche de tenues sportswear-chic, le logo est devenu celui des kids des quartiers. Imitant leurs idoles du rap, qui eux prenaient un malin plaisir à détourner et s'approprier les signes extérieurs de richesses des clans huppés, les ados des nineties fignolaient leur image de mauvais garçon avec ledit survêt'. Une récupération avec laquelle Lacoste avait du mal à dealer jusqu'à aujourd'hui.

Publicité

Satisfaire les fantasmes de la jeune génération

Publicité
Pour autant, son âge avancé n'est pas son seul prétexte. En mars dernier pour sa collaboration avec Supreme, marque-emblème des millennials, elle ressortait déjà la pièce iconique de son placard masculin. L'idée ? Satisfaire les fantasmes de la jeune génération, nostalgique d'une période qu'ils n'ont peu ou pas connu. Celle où les cailleras et autres rappeurs influençaient le style des jeunes et renversaient l'ordre fashion établi selon lequel le luxe ne se destinait qu'à une seule et unique classe (aisée).

Mais...

Lire la suite sur Grazia