Alors que le leader des travaillistes se dit prêt à accéder au pouvoir, on lui a trouvé des points communs avec le démocrate américain.

Des papys chevronnés. A l'image d'Angela Merkel, 63 ans, la "Mutti" des Allemands, qui rassure par son expérience et sa discrétion, les sexa et septuagénaires ont la cote. Autrefois ringardisé en politique car considérés comme n'incarnant pas le changement, leur posture de vieux sage séduit désormais. Comme si leur carrière était déjà faite et que l'intérêt général l'emportera désormais chez eux sur l'ambition personnelle. Affichant respectivement 68 et 76 printemps, Jeremy Corbyn et Bernie Sanders affichent d'impressionnants CV : des décennies de syndicalisme et 34 ans au poste de député d'Islington (à Londres) pour le premier, 26 ans en tant qu'élu du Vermont, d'abord à la chambre des représentants puis au Sénat pour le second.

Publicité
Publicité
Des tenants de l'aile gauche. Bien plus à gauche que Tony Blair et Hillary Clinton (qu'ils ont un temps combattus), Jeremy Corbyn et Bernie Sanders se présentent comme des candidats du peuple, pourfendeurs du néolibéralisme. Le premier a engrangé au fil du temps des soutiens grâce à un discours doux sur le Brexit et à ses propositions sociales : contrôle des loyers, renationalisation des services publics et revenu minimum de 13,50 € l'heure. Le second appelle dans son best-seller à "une révolution". En encourageant les jeunes et les foyers modestes à s'engager en politique, celle-ci permettra la mise en place un programme progressiste (proche finalement de celui de Corbyn) : gratuité des études pour les classes...
Lire la suite sur Grazia