MODE - La maison romaine a fait appel à Jamie Reid pour habiller manteaux, casquettes ou t-shirts pour hommes.

La première collection masculine imaginée par Pierpaolo Piccioli arrive dans les boutiques Valentino. Le directeur artistique est désormais seul aux commandes de la maison romaine, après le départ de sa consœur Maria Grazia Chiuri, devenue la première femme à prendre les rênes de Dior. Pour ses débuts côté hommes, Piccioli a fait appel à Jamie Reid pour une collaboration.

Le graphiste britannique, né en 1947, a connu son heure de gloire dans les années 1970 en pleine ère punk : ses créations "do it yourself" misaient sur une économie de moyens et des messages appliqués partout, des journaux aux magazines ou sur des vêtements Vivienne Westwood. Mais c'est avec Never Mind the Bollocks, l'album culte des Sex Pistols sorti en 1977, que ses collages se font véritablement remarquer. Les single "God save the Queen" et "Anarchy in the UK" seront des tubes dont les titres portent à jamais son lettrage typique.

Publicité

"Une nouvelle manière d'être fort"

Publicité
Que Valentino aille faire appel à Jamie Reid peut étonner d'abord : c'est peu de dire que la maison italienne, appréciée pour ses filles vaporeuses et romantiques et ses garçons sages, n'a pas vraiment d'âme punk... Mais l'alliance avec cet artiste lui permet de "casser les règles", comme le résumait Piccioli lors du défilé organisé en janvier. C'est ce mix entre douceur éthérée et symbolique punk remise au goût du jour qui l'intéressait : "il y a une nouvelle délicatesse pour les hommes, une nouvelle fragilité....
Lire la suite sur Grazia