La "famiglia", mythe fondateur de la mode transalpine, est célébrée dans une exposition du Bon Marché Rive Gauche. Analyse d'un concept en plein renouveau.

Des mannequins sublimes et apprêtés, entourés de grands-mères vêtues de noir et de jeunes éphèbes transalpins, devant une grande tablée pleine de pastas... Dans la mode, lorsqu'on pense à la famille italienne, ce sont immédiatement les images des campagnes de Dolce & Gabbana qui nous viennent à l'esprit. Mais cette vision folklorique est en passe d'être relayée par d'autres maisons. Balenciaga, lors de la dernière Fashion Week Homme, a fait défiler des fratries et des hommes, enfants aux bras, comme castés dans la rue, en plein bois de Boulogne.

La référence familiale est devenue en Italie un artifice d'image fort, résonnant avec la transmission d'un talent unique sur plusieurs générations. La griffe Malìparmi, dirigée par Annalisa Paresi, la fille de la fondatrice Marol Paresi, et dont la propre fille reprendra les rênes, fête cette année ses 40 ans avec une collection spéciale ornée de billes de verres réalisées à la main à Murano. Les jeunes marques se lancent, fortes de cette énergie familiale.

Publicité

La famille est avant tout la mise en avant d'un héritage

Publicité
Les sœurs Viola et Vera Arrivabene, créatrices de ViBi Venezia, modernisent depuis trois ans les ancestraux chaussons en velours de gondoliers vénitiens qu'elles portent depuis l'enfance. "Il y a une revendication de la famille comme valeur réconfortante. Ce n'est pas une forme de repli sur soi, mais la mise en avant d'un héritage, d'un savoir transmis entre générations, un gage de qualité...
Lire la suite sur Grazia