Les femmes courent de plus en plus, et pour de vrai, avec baskets et dossard, pour franchir la ligne d’arrivée. Grazia vous dit pourquoi il faut suivre le mouvement (de fond).

Publicité

A force de courir dans leur vie quotidienne au rythme du stress urbain, les femmes se sont mises à aimer la course, autrefois sport de prédilection des hommes. Un phénomène identifié un peu partout dans le monde ? En France, l’an passé, elles étaient près de 3,4 millions à chausser régulièrement leurs baskets, soit 170 % de plus qu’un an plus tôt. Coureuses du dimanche ? Pas seulement. Se colleter à la compétition, viser le marathon, voilà l’idée. Les courses 100 % féminines se multiplient, les fameux Spartan Race et autres épreuves à obstacles mixtes et pleines de boue ont aussi leurs amatrices. Pourquoi faut-il s’en réjouir ? Décryptage en quatre points.

Publicité

C’EST GRATIFIANT

Sport de mâle + défi + effort violent = sentiment de compétence = fierté à l’arrivée (du tour du lac ou des 42,195 km d’un marathon) = estime de soi boostée = bien-être. Voilà pour résumer le constat de Christophe Gernigon, chercheur en psychologie du sport à l’Université de Montpellier. Et lorsqu’on parvient à ne plus se concentrer sur ses pas ou sa respiration, à lâcher prise, on bénéficie d’un vrai moment de plénitude "pour se recentrer sur soi, prendre soin de son corps et de son esprit", explique Karine Chauvier, des boutiques de sport pour femmes Anima Athletica. Une forme de médiation ?

C’EST COLLÉGIAL

Courir à deux, en famille, entre collègues : facile et sympa. "Contrairement au tennis, qui exige un adversaire à sa hauteur, ou...

Lire la suite sur Grazia