Depuis la série Borgen, Sidse Babett Knudsen s'est ouvert une carrière internationale en incarnant des femmes de tête. "La fille de Brest", d'Emmanuelle Bercot, en est un nouvel exemple.

On l'a découverte en Premier ministre danois dans Borgen, en 2010. Aujourd'hui, Sidse (prononcez "Sissé") Babett Knudsen est incontournable dans des rôles de femmes à poigne : directrice de l'OMS dans Inferno, de Ron Howard, ou du parc d'attractions westerno-futuriste de la série américaine Westworld. Mais le pouvoir n'est pas ce qui la fascine : "C'est tellement ennuyeux, quand on en connaît les tours de passe-passe. Ce que je déteste vraiment, au contraire, c'est l'incapacité d'agir."

Pas qu'un Erin Brockovich à la française

Voilà justement le moteur de son nouveau personnage, Irène Frachon, la pneumologue brestoise lanceuse d'alerte qui, seule (ou presque) contre tous, a révélé en 2011 l'affaire du Mediator, médicament responsable de près de 500 décès en France : "On peut apprécier le film comme un thriller médical, un Erin Brockovich à la française. Je préfère le voir comme le portrait d'une femme exceptionnelle, qui mène un combat citoyen."

Publicité
Publicité
Pour Sidse, c'est aussi l'occasion de perfectionner son français après L'Hermine (2015), qui lui a valu le césar du meilleur second rôle : "Ma langue natale est l'une des plus affreuses du monde. A moins d'avoir des dialogues géniaux, on ne séduit personne en parlant danois." Heureusement, le talent de Sidse Babett Knudsen se décline en toutes les langues. A 47 ans, le monde lui appartient.

LA FILLE DE BREST d'Emmanuelle Bercot (France, 2 h 08). En salle le 23 novembre.

Bande-annonce de...

Lire la suite sur Grazia