SANTÉ - L'encre utilisée par les tatoueurs contiendrait des substances toxiques responsables de nombreux effets indésirables.

Même réalisé depuis un certain temps, un tatouage peut s'avérer dangereux pour la santé. Dans ce cas de figure, ce ne sont plus les aiguilles qui sont incriminées mais les différentes encres utilisées. "Ces dernières années, les colorants organiques se sont multipliés alors que ces pigments étaient initialement développés pour un usage limité aux laques et aux plastiques, aucune donnée n'est disponible sur leur toxicité après injection intradermique", alerte l'Académie nationale de médecine française.

En Australie, une femme de 30 ans a récemment craint d'avoir un cancer suite à la découverte de ganglions lymphatiques enflammés. Après analyse des tissus à l'hôpital, il s'est avéré que son problème était bénin mais que l'inflammation avait été provoquée par les réactions chimiques de son corps pour expulser les toxines présentes dans son tatouage, précise The Telegraph. Des experts ont conclu que des effets secondaires pouvaient se déclarer jusqu'à 15 ans après la réalisation du tattoo.

Publicité

Les tattoos éphémères également visés

Publicité
Même constat en France où l'Académie nationale de médecine française réclame dans un communiqué, une nouvelle législation nationale et européenne pour obtenir un meilleur contrôle de la composition de l'encre. Et la mise en place d'un carnet de tatouages afin de tracer l'historique des pigments employés pour chaque dessin sur la peau. Certains sont en effet interdits pour des usages cosmétiques, comme...
Lire la suite sur Grazia