Vidéo - Après avoir fait le tour des festivals cet été, il présente son premier album à la rentrée.

Témé Tan, un nom étrange qui sonne comme un tam-tam, vient d'un surnom donné par des amis japonais. Tanguy Haesevoets dans le civil est née à Kinshasa et a grandi à Bruxelles. Un vrai citoyen du monde toujours sur le départ. Il est d'ailleurs difficile de définir sa pop et le qualifier de nouveau Stromae serait à la fois trop facile et une injustice à son talent. Autodidacte, il mélange instruments traditionnels et boîtiers électroniques pour façonner ses beats.

Publicité
Sa musique est nourrie d'influences diverses et cosmopolites : la rumba congolaise de sa mère, les cassettes de zouk de ses cousines, le hip-hop des copains et la rumba brésilienne de son ex. A chacun de ses voyages, il ramène du son comme d'autres rapportent des magnets pour leur frigo. Résultat : une pop joyeuse qui donne une furieuse envie de danser. Après avoir été la première partie de Frànçois and The Atlas Mountains et joué en solo dans tous les festivals de France et de Navarre, sort son premier album ce vendredi 6 octobre. De quoi chasser la grisaille automnale et d'attendre le retour des beaux jours dans la bonne humeur.

A post shared by Témé Tan (@teme_tan) on Mar 1, 2017 at 4:14am PST

A post shared by Témé Tan (@teme_tan) on Mar 22, 2017 at 1:22am PDT

Publicité

-------------------------------

A lire aussi :

Declan McKenna : his generation

Notre clip coup de coeur : "Apprivoisé", de Calypso Valois

Spotify lance ses playlists nostalgiques

Lire la suite sur Grazia