Le défilé Tommy Hilfiger a clos la Fashion Week de Londres : un énorme feu d'artifice avec tous les ingrédients pour faire du buzz sur les réseaux sociaux.

Un bouquet final tout en son et lumière. L'image parfaite pour mettre les réseaux sociaux en ébullition. Pour clore la Fashion Week de Londres, le 19 septembre, et pour son premier show hors des Etats-Unis, Tommy Hilfiger, 66 ans, créateur le plus digital de tous dans son Perfecto floqué de la langue des Stones, a fait des éclairs. Référence au Rock Circus oblige, le thème de la soirée. Depuis 2016, les défilés Tommy Hilfiger sont bien plus que de simples shows destinés à l'industrie de la mode. Ils sont devenus de vrais événements, calibrés pour les Millennials et leur réseau social fétiche : Instagram.

Publicité
Publicité
Après New York et sa fête foraine puis Los Angeles et son festival hippie, c'est à Londres que le businessman américain a fait sensation. Et puisqu'il ne laisse rien au hasard, il a choisi Roundhouse, salle de concert mythique des années 70 où se sont produits David Bowie, Jimi Hendrix, Led Zeppelin, les Clash ou encore les Ramones. Pour la touche américaine, Tommy Hilfiger avait installé un écran géant et rond donnant à l'espace des airs de Madison Square Garden. Sans surprise, c'est Gigi Hadid qui a ouvert le bal. D'un pas assuré, le top aux 36 millions d'abonnés Instagram, dompteuse de lions à la crinière blonde, a conquis les invités, avec son short en jean, ses bas ébène et son grand manteau en tartan. Ici, Tommy Hilfiger tenait les deux sabres laser magiques de notre époque : un background musical fort et un décor habité.

La domination [......]

Lire la suite sur Grazia