Destins de femmes...
"''Elle est jeune, jolie, intelligente. Elle se préoccupe du sort du monde, de la femme orientale - de la femme en général -, bref, c'est une artiste "engagée"''. Et Marocaine, en plus. Que vient-elle faire chez les "comiques", comme ils disent ? ''Elle est drôle. Très drôle. Batailleuse, émouvante et drôle.''" C'est encore son ami et co-auteur Guy Bedos qui parle le mieux de Rachida Khalil, une jeune artiste prometteuse.

Ensemble, ils ont écrit "La vie rêvée de Fatna", une pièce en dix tableaux à la fois caustique et poétique, qui raconte les destins croisés de trois femmes : Fatna, la tante restée au pays, Karima, l'ambitieuse apprentie comédienne, et Sophie, la voisine de cité. Et peut-être aussi un peu celui de Rachida, des montagnes de son Rif natal aux planches de l'Olympia.

Un village hors du temps
Rachida Khalil est née en 1973... ou en 1974. Elle ne sait pas vraiment. A Rechida, le village de montagne où elle a vu le jour, le registre des naissances n'existait pas. "''C'est un endroit très pauvre avec 3 000 habitants'', explique la comédienne. ''On y vivait hors du temps : on allait chercher l'eau au puit, on élevait des chèvres dans des paysages splendides. Il n'y a pas de possibilité de s'en sortir là-bas, on est tellement loin du monde. Pas d'électricité, donc pas de radio ni de télévision.''"
Qui aurait pensé que, quelques années plus tard, la petite Marocaine de Rachida allait non seulement s'en sortir, mais aussi réussir de l'autre côté de la Méditerranée ?

''En partenariat avec le magazine DM''

J'ai besoin d'espace Sa vie prend un premier tournant à la fin des années 70 : elle a 5 ans lorsque son père, devenu cheminot en France, emmène la petite famille vivre à Mantes la Ville, dans les Yvelines. Une nouvelle vie loin de l'enchanter, du moins les premiers temps. "''Le changement a été brutal'', raconte-t-elle. ''Nous étions habitués à vivre dehors, au soleil, avec toute la famille, le regard portant sur plusieurs dizaines de kilomètres, et l'on se retrouvait dans un petit appartement, dans un immeuble sous un ciel gris tout le temps. Je suis devenue un peu claustro­phobe ; moi, j'ai besoin d'espace, de voir l'horizon...''"

Passion théâtre ! Cette liberté, la jeune Rachida va très vite la retrouver. A 16 ans, elle quitte école et famille pour se consacrer à sa passion, le théâtre. Puis les événements s'enchaînent : à 20 ans, elle monte Shéhérazade, sa propre compagnie de théâtre, et, deux ans plus tard, elle écrit son tout premier one-woman show. Mais c'est en 2003 qu'elle fait la rencontre qui la propulsera sur le devant de la scène : celle de son modèle et mentor, Guy Bedos. "''Il m'a tout de suite accueillie, encouragée, conseillée, et m'a proposé deux sketches pour mon nouveau spectacle, La vie rêvée de Fatna, mis en scène par Hélène Darche''", se souvient Rachida.

Publicité
Publicité
Depuis, Fatna, Sophie et les autres ont fait le tour de la France, de la Suisse et de la Belgique avant de conquérir l'Olympia et d'être immortalisées sur DVD, chez Warner. Rachida, elle, poursuit sa vie de rêve, avec un espoir : celui de développer un jour sa carrière au Maroc, dont elle garde une nostalgie profonde.

Retrouvez tous les articles sur le Maroc ici !Jouez et gagnez un week-end à Marrakech avec Nouvelles Frontières ici !

Et bientôt, le succès au Maroc !

''En partenariat avec le magazine DM''

Publicité