Cabrel et ''Les Roses et les Orties...''

Publicité
Son disque s'appelle ''Des roses et des orties''. Pas facile pour un gars du sud-ouest à prononcer... Mais bon, on va dire que c'est le seul risque qu'il prend vraiment avec ce 12e album. On le retrouve tel qu'on la laissé en 2004 avec ''Les beaux dégâts'', ''La petite Marie'' et ''Sarbacanne''. Il n'a toujours pas retrouvé sa moustache, mais il n'a pas perdu sa guitare. Grat-grat. Les paroles sont sympas : hommage à ceux-ci (les chanteurs), à ceux-là. A celle-ci aussi. Et puis à la vie... Avec comme toujours des petits coups de griffe. Tiens, on va traduire le refrain des ''Cardinaux en question'' qui raconte les expulsions de Magyd, de Sabrina, de Mamadou et d'N'Guyen : ''Que la vie est triste... de quel pays on parle ?... Du mien ?... Mon Dieu, non...'' Message important si il en est par les temps qui courent, dommage vraiment que Francis le chante en espagnol... Voilà, un album très Cabrel en somme.
Publicité