Le jeune directeur artistique de Balmain a évoqué son admiration pour la chanteuse dans une interview au "Telegraph".

Il fut un temps où les Naomi Campbell, Claudia Schiffer et Christy Turlington régnaient sans conteste sur les podiums, signant l'avènement du statut de "supermodèle". Le terme est tombé en désuétude à la fin des années 90, tandis que les actrices et chanteuses pop se mettaient à truster les campagnes de pub des grandes marques de luxe, mais il a laissé à la jeune génération le souvenir d'une ère unique de glamour, où le nom du mannequin importait au moins autant que les vêtements qu'elle portait.

Publicité

Si Naomi ou Christy peuvent trouver en une Cara Delevingne une digne héritière (bien que beaucoup plus délurée) dans une société où le rapport à la célébrité a été chamboulé par les réseaux sociaux, pour Olivier Rousteing, il n'y en a qu'une qui puisse endosser un tel héritage : c'est Rihanna. Le directeur artistique de la maison Balmain s'est livré sur son parcours et sa vision de la mode auprès du quotidien britannique The Telegraph. L'occasion pour le créateur bordelais de revenir sur son amitié avec la chanteuse barbadienne de 26 ans.

Publicité
"Quand vous regardez d'anciens show Versace, vous aimiez la robe, mais vous aimiez aussi Cindy Crawford, Claudia Schiffer. Les top modèles ! Avec Rihanna, vous avez ça aussi", a déclaré le surdoué de 28 ans. "Aujourd'hui, les gens regardent Rihanna comme ils regardaient Naomi Campbell ou Claudia... Plus personne ne veut être une mannequin, tout le monde veut être une chanteuse. C'est le nouvel idéal. Je...
Lire la suite sur Grazia