Encore une fois, Jean-Pierre Coffe ne mâche pas ses mots! A l’occasion d’un entretien accordé au magazine Grand Seigneur, un hors-série de Technikart, le chroniqueur se lâche et n’épargne personne, pas même lui lorsqu’il évoque de vieux souvenirs.

Jean-Pierre Coffe aime la bonne chère et les petits plaisirs de la vie, c’est bien connu. Au point de parfois faire quelques excès… ‘Un jour, j'ai même fini à l'hôpital après avoir essayé de traverser un mur, comme dans Le Passe-Muraille de Marcel Aymé, pendant une soirée avec Jean Carmet et Gérard Depardieu’, se souvient-il. ’Ça se passait dans le Vaucluse, sur le tournage du film Le Sucre de Jacques Rouffio (en 1978, NDLR). Et on était souvent attaqués. On faisait des conneries, des trucs de soûlots. L'idée de Gérard, c'était quand même de mettre une balayette dans le cul de son maquilleur pour le faire danser à poil sur la table.’

Publicité
Publicité
Jean-Pierre Coffe évoque aussi son passage sur Canal+ dans les années 90, une époque où, selon lui, il existait encore une certaine liberté d’action, sans oublier d’égratigner, au passage, Jean-Luc Delarue. ‘Il n'y a guère qu'à Canal+ qu'on faisait encore ce qu'on voulait. Dommage que tout ait tourné casaque aussi vite, après l'invasion de la défonce. La coke avait donné une telle assurance aux gens que plus personne à Canal n'était dans la modestie ou la recherche. Delarue ne savait déjà plus où il habitait, et même certains dirigeants de la chaîne avaient de gros soucis là-dessus. Mais surtout, ce qui était le plus grave, c'était dans le personnel. Il y avait quand même des gens très touchés.’ Voilà qui est dit…

A lire aussi:Jean-Pierre Coffe aime l'amour à plusieursPeople: ils assument leur homosexualité

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping People du jour : 

Publiez votre commentaire

2 commentaires

Il n'y a pas de quoi tirer

Portrait de Ellero
Ellero

Il n'y a pas de quoi tirer gloriole d'avoir fait des trucs de saouls... quant à la liberté des moeurs chacun fait ce qui lui plaît plaît (air connu) mais j'aimerai un peu plus de discrétion dans l'affaire ne serait-ce que pour les jeunes !

Votez pour ce commentaire: 

se monsieur dit la vérité au

Portrait de pouguy
pouguy

se monsieur dit la vérité au sujet de la malbouffe comme josé bové. pourquoi produire trop alors que c'est pour jeter ensuite. mangeons sain et il y aura moins de cancer.

Votez pour ce commentaire: 

Publicité