Tristane Banon a dû se sentir un peu seule sur le plateau de C à vous ce mercredi soir. Venue faire la promo de son dernier livre, la jeune femme a sévèrement été remise à sa place par une Anne-Sophie Lapix visiblement très remontée par certains de ses propos.

Le "dîner" n’a pas été de tout repos pour Tristane Banon. Invitée de C à vous ce mercredi soir pour parler de son dernier livre, Love et caetera, la jeune femme a fait les frais de la répartie cinglante d’Anne-Sophie Lapix qui, citant un extrait de son ouvrage, lui a clairement fait comprendre ce qu’elle en pensait.Dans son livre, Tristane Banon évoque justement l’émission de France 5 en revenant sur les propos polémiques qu’Alain Delon avait tenus il y a quelques mois sur la question de l’homosexualité. "Et vous ne nous faites pas une déclaration d’amour..." lui fait alors remarquer Anne-Sophie Lapix. "Un dîner factice" commence à lire la journaliste, "filmé en direct, qui donne à quelques chroniqueurs l’occasion de questionner le convive en promo entre la poire et le fromage". Une description de l’émission qui n’a visiblement pas fait très plaisir à la journaliste, qui lui lance ironiquement "du coup, on vous remer­cie du fond du cœur de daigner venir faire la promo sur notre plateau !"

Publicité

"Du coup, on ne va pas vous garder"

Publicité
Un peu déstabilisée, Tristane Banon tente de se justifier. "Ah non, très honnêtement c’était pas du tout pour dénigrer. En plus j’ai pas pour habitude de…" "Ce n’était pas pour déni­grer mais on l’a mal pris hein !" la coupe Anne-Sophie Lapix. "Je voulais essayer de repré­sen­ter ce qu’é­tait l’émis­sion… " avance alors Tristane Banon. "Ben oui on l’a bien vu !" lui rétorque la journaliste. "Mais c’était pas méchant pour moi" tente de se défendre Tristane Banon, de plus en plus mal à l’aise. "Ouais, c’est ça… Un petit peu de promo… On lui pose des ques­tions… Entre la poire et le froma­ge…" continue Anne-Sophie Lapix. "Je reconnais que lu comme ça, c’est assez maladroit" admet la jeune femme dans ses petits souliers. "Du coup, on ne va pas vous garder pour la poire et le froma­ge…" lui assène fermement la journaliste. Oups. Dur dur…

Publicité