En plein succès, Vincent Dedienne se confie sur sa nouvelle vie et ce qu'il n'aime pas chez certains artistes.

Vincent Dedienne est partout. Avec son spectacle "S'il se passe quelque chose", il fait salle comble à chaque représentation. Il officie aussi chez Yann Barthès dans l'émission Quotidien où il tient une revue de presse pas comme les autres. Face au succès, l'humoriste fait attention à ne pas tomber dans les pièges de la notoriété. A commencer par les questions sur ses opinions politiques. "Je déteste que les artistes s'engagent. Ce que pense André Dussolier de la réforme du travail, je m'en fiche", explique-t-il à nos confrères de Paris Match. Pour lui c'est une question de liberté: "Je veux me dégager des responsabilités parce qu'il faut se sentir libre et indépendant pour monter sur scène".

Publicité
Publicité
Sa notoriété, Vincent Dedienne veut la mettre au service de son jeune public notamment lorsqu'il est dans l'émission Quotidien, diffusée sur TMC: "Ma seule responsabilité, elle est vis-à-vis du public jeune de Quotidien. Ce sont des gens qui viennent me voir au théâtre et qui me posent des questions. Je suis disponible pour leur expliquer de la dame qu'on entend au début du spectacle est Marguerite Duras. Parce que la littérature m'a sauvé la vie. Alors si je peux les aiguiller vers les choses qui font plus de bien que les réseaux sociaux et la télé, alors je suis ravi".
Lire la suite sur Closer

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping People du jour : 

Publicité