En réaction aux attentats de novembre à Paris, le père d'une famille assassinée lors des attentats de Toulouse en 2012 revient sur son impossible deuil.

Depuis trois ans, Samuel Sandler, se doit de continuer de vivre sans son fils Jonathan, 30 ans et ses deux petits-fils Gabriel et Arieh, 5 et 3 ans, lâchement assassinés dans leur école par Mohamed Merah, le 19 mars 2012. Le patriarche se confie au journal La Croix sur son deuil douloureux."Plus le temps passe et plus leur absence est présente, confie Samuel Sandler. C'est un manque inimaginable. Je ne ferai jamais leur deuil." Chaque jour, il prie à la synagogue et rend hommage à son fils Jonathan, professeur et ses deux petits-fils, Gabriel et Arieh, assassinés au pistolet-mitrailleur alors qu'ils attendaient le ramassage scolaire devant l'école juive Ozar-Hatorah à Toulouse. Hanté par la tuerie, Samuel Sandler doit vivre sans attendre de réponse à ses questions."J'aimerais savoir ce que mon fils a vu avant de mourir, si mes petits-enfants ont vu leur père mourir ou si c'est lui qui a vu ses enfants tomber. Je n'en sais rien et ça me travaille."

Publicité
Publicité
Le patriarche s'insurge sur la place médiatique donnée aux assassins, refusant de prononcer le nom de celui qui tué les siens."Jamais je n'aurais pensé qu'on pouvait encore assassiner des enfants juifs en France", constate Samuel Sandler, président de la communauté israélite de Versailles à iTélé. Après avoir ouvert le feu sur la famille Sandler, le terroriste a poursuivi dans la cour de l'école une fillette de huit ans, Myriam Monsonego, fille du directeur de l'école avant de l'abattre d'une balle...
Lire la suite sur Closer

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping People du jour : 

Publicité