Dure rentrée pour Claire Chazal. Selon les informations du Figaro, la journaliste, reine des JT du week-end sur TF1 depuis presque 25 ans, doit laisser sa place. C'est Anne-Claire Coudray qui prend sa suite.

© Abaca Press

La rumeur courait depuis de longs mois. Depuis près de 25 ans, Claire Chazal était la reine incontestée des JT du week-end sur TF1. Mais depuis quelques temps, on disait son avenir sur la première chaîne menacé. Selon les informations du Figaro, c'est désormais officiel : Claire Chazal tire sa révérence. D'après le quotidien, la journaliste aurait été reçue par Nonce Paolini, le président de TF1, la semaine dernière pour une entrevue durant laquelle il lui aurait fait part de sa décision. C'est Anne-Claire Coudray, le joker officiel de Claire Chazal, qui prendra sa relève.

Les audiences, en baisse depuis plusieurs mois, ne sont certainement pas étrangères à cette décision. Mais les choses concernant le sort de la journaliste semblent s'être accélérées ces dernières semaines. Annoncée comme étant sur la sellette depuis de longs mois, Claire Chazal avait de son côté, semble-t-il, commencé à envisagé l' "après". En juin dernier, sur le divan de Marc-Olivier Fogiel, elle avait évoqué son éventuel départ de TF1.  « Oui, j’y pense souvent à ce moment", avait-t-elle confié avec beaucoup d'émotion. "Je ne sais pas si je serai capable de faire ça. C’est un moment diffi­­cile. J’es­­père que je l’an­­ti­­ci­­pe­­rai un petit peu, que je l’or­­ga­­ni­­se­­rai, que j’ar­­ri­­ve­­rai à le vivre calme­­ment et avec des choses qui me permet­­tront de croire dans un autre avenir". Cette fois-ci, le moment est venu.

Publicité
Publicité
Engagée en 1991 par Patrick Le Lay, ancien président de TF1, et Patrick Mougeotte pour féminiser la chaîne, Claire Chazal avait aussitôt conquis les téléspectateurs et jouissait jusqu'à présent d'une cote de popularité inégalée. Rebaptisée la "reine de l'info", la journaliste doit néanmoins aujourd'hui céder son trône.

A revoir en vidéo : Claire Chazal évoque ses adieux à TF1 chez Marc-Olivier Fogiel

 

Publicité