Vingt-quatre heures après sa petite phrase sur "ceux qui foutent le bordel", Emmanuel Macron assure assumer "sur le fond" sa sortie.. Mais il avance en même temps un autre élément : "il ne savait pas qu'il était filmé" rapportent nos confrères du "Scan Figaro"

Alors qu'il était en Corrèze le 4 octobre dernier, Emmanuel Macron a tenu, en privé des propos polémique sur les manifestants "qui foutent le bordel qui feraient mieux de chercher du travail." 24 heures après cette sortie, l'Elysée tente d'organiser la défense du Président de la République, comme l'expliquent nos confrères du "Scan Figaro" et le moins que l'on puisse dire c'est que c'est assez contradictoire.

Publicité
Publicité
Une réunion a été organisée en catastrophe ce 5 octobre. L'un des participants explique qu'Emmanuel Macron affirme "assumer" ses propos sur "le fond", mais regrette l'utilisation du mot "bordel". A la place, le Président de la République préfère désormais parler de "désordre". Et ce n'est pas la seule chose contradictoire. Le mari de Brigitte Macron "insiste sur le fait qu'il ne savait pas qu'il était filmé et n'était dont pas dans le registre de la parole officielle" mais pourtant assume sa phrase... Etrange ! Bruno Roger-Petit dénonçait sur les réseaux sociaux le montage tronqué de la séquence pendant laquelle a été prononcée cette phrase. Cet argumentaire ne tient plus dans le sens où la séquence n'aurait pas dû être filmée... Enfin, Emmanuel Macron refuse que ses propos soient considérés comme du "mépris de classe".

Citation tronquée sortie de son contexte. @EmmanuelMacron a rappelé que la recherche de solutions en matière d'emploi dépend de la responsabilité de tous les acteurs. Exemple : #whirlpool...

Lire la suite sur Closer

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping People du jour : 

Publicité