Les équipes de Quotidien ont enquêté sur les prétendues conversations privées d'Emmanuel Macron, dans lesquelles le chef de l'État a ciblé avec une certaine véhémence certains fauteurs de trouble.

C'est un sacré « bordel » !... Ce jeudi 5 octobre, des propos d'Emmanuel Macron jugés intolérables par certains ont fuité dans la presse. Lors d'un déplacement Égletons en Corrèze, Emmanuel Macron s'est adressé avec une certaine condescendance au président de la région Nouvelle Aquitaine au sujet des difficultés que l'entreprise Ussel rencontre au niveau des recrutements : « Certains, au lieu de foutre le bordel, feraient mieux d'aller regarder s'ils ne peuvent pas avoir des postes là-bas, parce qu'il y en a qui ont les qualifications pour le faire et ce n'est pas loin de chez eux ». Des propos que le chef de l'État assume en tout et pour tout, mais qui sont selon certains de ses proches alliés, sortis d'un contexte purement privé.

Publicité
Selon Christophe Castaner, Emmanuel Macron ne savait pas qu'il était filmé. Mais les équipes de Quotidien ont enquêté et ont constaté certaines incohérences dans les argumentations apportées par le clan Macron. Le président, accompagné de sa conseillère de communication Sibeth Ndiaye, sont face à un journaliste tenant une perche. L'attachée de presse d'Emmanuel Macron parle avec les journalistes au moment où le chef de l'État sort de ses gonds. Alors, le chef de l'État a-t-il vraiment été filmé à son insu ? Le doute subsiste...
Publicité

Bien entouré niveau com' & médias, Macron savait qu'il était enregistré et que ce n’était pas "une conversation privée".#Quotidien pic.twitter.com/icbzbwdG20

— Quotidien...

Lire la suite sur Closer

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping People du jour : 

Publicité