Le compte en banque de Didier Barbelivien fond comme neige au soleil et le chanteur pousse un coup de gueule. Il a en effet confié au quotidien Nice Matin qu’il avait perdu 70% de ses revenus ces huit dernières années, et selon lui c’est à cause du téléchargement illégal.

Très en colère, il déclare : « Hadopi, est un raté mais une licence globale serait encore pire". "S'acquitter d'un forfait pour consommer sans limite ? Débile ! C'est un peu comme s'il suffisait de déposer 50 euros dans une corbeille pour avoir droit à du pain toute l'année, partout en France, à toute heure du jour et de la nuit ». Et pour Didier Barbelivien, la chanson n’est pas le seul domaine artistique en danger, « ce qui se passe aujourd'hui pour la chanson s'étendra demain au cinéma, puis à la littérature et ainsi de suite ».

Publicité
Publicité
Mais pour Didier Barbelivien, le piratage est un véritable fléau qui fait aussi du tort aux nouveaux artistes qui ont besoin de lancer leur carrière. « Je fais partie des dinosaures, comme Cabrel ou Souchon », estime-t-il. « Mais il existe peut-être un petit Cabrel caché à Nice que l'on n'entendra jamais parce qu'il n'y aura personne pour le produire. Regardez Inna Modja : voilà une fille qui aurait été numéro un des ventes si son tube, French cancan, n'avait pas été piraté à tout va ». Bref, on l’a compris, Didier Barbelivien est très remonté.

A lire aussiCes stars qui se sont fait arnaquer !Didier Barbelivien devient père à 56 ans

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping People du jour : 

Publicité