PHOTOS - Le Premier ministre Édouard Philippe raconte comment son père diabétique, lassé des opérations chirurgicales invalidantes qu'entraînait son diabète, a choisi un jour d'arrêter son traitement et d'affronter la mort.

Édouard Philippe, le Premier ministre d'Emmanuel Macron a évoqué quelques sujets personnels dans une interview accordée au Journal du Dimanche. Notamment les relations complexes qui le liait à son père Patrick, avec qui Édouard Philippe confie avoir eu parfois des nos rapports "parfois difficiles." Mais le locataire de Matignon reconnaît à cette figure paternelle, enseignant de français, de lui avoir fait hériter de "son amour des livres et sa liberté intellectuelle. Il avait un don pour l'éducation. Il pensait que chacun, en se posant, en lisant, en réfléchissant, pouvait s'élever."

Publicité
Publicité
Le père d'Édouard Philippe souffrait de diabète et, après plusieurs tentatives pour contenir la maladie, a décidé qu'il arrêterait ses traitements. Le Premier ministre raconte à nos confrères le choix fait par son père sans vouloir en "faire une généralité." Édouard Philippe : "Mon père [...] a accepté qu'on lui coupe le doigt de pied et il a souffert. Puis il a accepté qu'on lui coupe le pied et il a souffert. Puis il fallait lui couper la jambe, car la gangrène s'installait et il a refusé et arrêté ses dialyses." Il poursuit : "Il était attaché à la vie et il savait qu'il allait mourir. Il a affronté la mort avec angoisse et courage vis-à-vis de ses proches et vis-à-vis de lui-même. [...] Il a été maître de son destin. J'ai reçu une des leçons les plus fortes de ma vie."

Malgré l'impact de cette expérience familiale, le Premier ministre confesse...

Lire la suite sur Téléstar

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping People du jour : 

Publicité