Le 2 mars 1991, Serge Gainsbourg a tiré sa révérence pour toujours. C'est donc l'anniversaire de sa mort. Vingt ans après son départ, son empreinte est toujours aussi vivace, dans la chanson française, mais aussi dans le coeur des Français. Retour sur un artiste inoubliable.

Gainsbourg ou l’art de la provocation Si Gainsbourg a autant marqué les mémoires, c’est bien sûr pour son talent extraordinaire, mais aussi pour son côté Gainsbarre, cet "autre" sulfureux et provocateur qu’il se plaisait à incarner. Heurter les bonnes moeurs, Serge Gainsbourg adorait. Evoquant clairement le sexe et ses délices dans son duo avec Brigitte Bardot puis Jane Birkin, sur Je t’aime moi non plus, Gainsbourg murmurait à ses deux muses "Je vais et je viens entre tes reins", lesquelles lui répondaient par des soupirs éloquents. Bousculant l’hymne français dans Aux armes et caetera, reprise très libre de La Marseillaise, Gainsbourg évoque ensuite le tabou de l’inceste dans Lemon Incest,  qu’il chantait avec sa fille Charlotte. Une chanson illustrée d’un clip où Serge, torse nu et Charlotte, portant une chemise et une culotte, étaient allongés ensemble dans un grand lit.…

Mais Serge Gainsbourg aimait aussi choquer lors de ses apparitions médiatiques. En 1984, il scandalise les téléspectateurs en brûlant en direct sur TF1 un billet de 500 francs, signifiant ainsi son mépris de l’argent… Deux ans plus tard, c’est sur le plateau de l’émission Champs Elysées,  que, complètement ivre, il propose à une Whitney Houston, offusquée, de la  "baiser"…

Publicité

Gainsbourg, le divin Pygmalion Serge Gainsbourg ne se réduisait toutefois pas à ce personnage d’agitateur public. L’homme était aussi, et surtout, un auteur-compositeur génial, qui a offert quelques uns des textes les plus sublimes à une pléthore d’artistes féminines, de Gloria Lasso à Vanessa Paradis, en passant par Juliette Gréco, Catherine Deneuve, Anna Karina ou encore Isabelle Adjani.

Certaines d’entre elles furent d’ailleurs pour lui beaucoup plus que des simples interprètes. Amoureux des femmes, Serge Gainsbourg a connu de nombreuses aventures avec celles qu’il appelait ses muses : on lui connait ainsi une passion fulgurante avec Brigitte Bardot pour qui il avait signé Bonnie & Clyde et Harley Davidson, Jane Birkin, la mère de sa fille Charlotte, avec qui il a vécu dix ans ou encore sa dernière compagne, Bambou, pour qui il a également écrit un album.

Publicité
Que reste-t-il de Gainsbourg aujourd’hui ? Voilà maintenant deux décennies que l’artiste nous a quittés. Pourtant, Serge Gainsbourg est toujours bel et bien là. D’abord dans la culture musicale puisque la jeune génération lui rend régulièrement hommage : Portishead, Franz Ferdinand, Tricky lui ont ainsi dédié un album intitulé Monsieur Gainsbourg Revisited, tandis que Benjamin Biolay se revendique comme son fils spirituel. Au début de l’année, le cinéma, avec Gainsbourg, vie héroïque signé par Joan Sfar, le fait revivre. Le public s’est d’ailleurs déplacé en masse dans les salles obscures, le film totalisant plus de 1,2 millions d’entrées. Mais c’est surtout à travers sa fille que l’âme de Gainsbourg continue de nous accompagner : populaire et charismatique, Charlotte Gainsbourg connaît aujourd’hui un formidable succès au cinéma comme dans la chanson. Ses choix de films parfois osés (Antichrist) nous rappellent le côté Gainsbarre de son père. Quant à la chanson, le succès qu’elle rencontre avec IRM son dernier album en fait définitivement la digne héritière de son père !  

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping People du jour :