"J’ai heureusement réalisé qu’il fallait s’accepter tel que l’on est", a confié le prince Guillaume, Grand-Duc héritier du Luxembourg à l'occasion d'un grand entretien à Paris..

"J’ai heureusement réalisé qu’il fallait s’accepter tel que l’on est", a confié le prince Guillaume, Grand-Duc héritier du Luxembourg à l'occasion d'un grand entretien à Paris Match, en compagnie de son épouse la princesse Stéphanie du Luxembourg.

Publicité

Paris Match. Voici 125 ans, Adolphe de Nassau devenait Grand-Duc du Luxembourg, en quoi cette histoire vous a-t-elle marquée ?S.A.R. Guillaume de Luxembourg. Il ne faut pas oublier que les rois des Pays-Bas ont régné avant 1890 sur le Luxembourg. Puis n’ayant que des filles, ils ont cédé le pouvoir à la dynastie des Nassau-Weilbourg, leurs cousins, car la constitution du Luxembourg ne permettait pas encore l’accession au trône d’une femme. Les choses ont changé ensuite. La Grande-Duchesse Marie-Adélaïde et la Grande-Duchesse Charlotte ont longtemps conduit le Luxembourg. Le règne de Charlotte est sans aucun doute la période la plus forte de notre dynastie. Grâce à son implication très maternelle au service de la résistance Luxembourgeoise lors de la seconde guerre mondiale, cette grande dame a donnée une aura très spéciale à notre institution qui reste gravé à tout jamais dans les esprits et les cœurs des luxembourgeois.

Publicité
Votre vie a-t-elle basculée ce jour de vos 19 ans où vos parents et grands parents vous ont nommé Grand-Duc héritier ?J’y étais préparé, cela n’a donc pas fondamentalement changé les choses. D’autant plus qu’à l’époque je poursuivais mes études à...
Lire la suite sur Paris Match People

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping People du jour : 

Publicité