Jeune, belle, mais célibataire. Pour Natasha, 22 ans, l'explication est simple : la pénurie inquiétante d'hommes au cerveau aussi musclé que le sien.

Pour Natasha, 22 ans, l'important dans la préparation d'un premier rendez-vous, ce n'est pas le brushing ou une épilation impeccable. Pour que les choses se passent bien, l'étudiante en médias et communication, une branche choisie en grande partie par des jeunes femmes, a une technique bien à elle.

Avant chaque rencard, elle dresse une liste des sujets qui, elle l'espère, pourront satisfaire à la fois ses préoccupations très élevées et celles, plus communes, de ses interlocuteurs masculins. "Il y a quelques semaines, je devais voir pour la première fois un garçon que j'avais rencontré sur un site, raconte la Britannique. Je me suis dit qu'on pourrait évoquer Jeremy Corbyn, le leader du parti travailliste britannique. Ça me paraissait un bon sujet de débat...

Publicité

"Je ne me prends pas pour Einstein, mais ça manque d'hommes instruits !"

Mon rendez-vous est arrivé : 30 ans, poli, bien habillé, beau garçon. Mais, quand j'ai lancé la discussion sur Corbyn, il m'a juste répondu : «C'est qui ?» Je n'arrivais pas à y croire !" Adieu, la petite étincelle des premiers instants ! Après une heure et demie à supporter des conversations sur le football et la téléréalité, Natasha a trouvé une excuse pour partir. Le prince charmant, ce ne sera pas encore pour cette fois.

Publicité
Et cela finit par inquiéter la jeune femme qui craint de ne jamais trouver chaussure à son pied, en raison d'une pénurie d'hommes instruits, selon elle. "Je ne me prends pas pour Albert Einstein,...
Lire la suite sur Closer

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping People du jour :